Les Français découvriront demain un beaujolais nouveau fruité et gouleyant, huit heures après le Japon où les exportations augmentent d’année en année.

 

Le 5 novembre, 15 000 bouteilles de beaujolais nouveau arrivaient au Pays du Soleil levant. Presque une goutte d’eau dans la mer.

En 2012, ce sont 66 266 hectolitres du vin primeur qui ont été exportés au Japon. Un chiffre qui progresse d’année en année.

Une surprise ? Pas vraiment, comme l’explique Anthony Collet, responsable marketing et communication à l’Inter beaujolais : « Le beaujolais bénéficie d’une très bonne image à l’étranger.Et le Japon est un marché atypique en ce sens que 91 % des vins exportés du Beaujolais là-bas sont des beaujolais nouveaux. »

Bruno Mallet, président de l’Interbeaujolais, mais aussi, et surtout, négociant, confirme : « Le marché japonais est très important, primordial, même, pour un négociant comme moi. Le beaujolais nouveau représente 70 % de nos exportations. Cela nous occupe une grosse partie de l’année, d’autant plus que les Japonais sont très sensibles au marketing et aux innovations. »

 

Troisième après le bourgogne

 

Plus de 25 références de beaujolais nouveau sont présentes dans les grandes surfaces au Japon.

En 2012, ce sont 51 000 hectolitres du vin primeur que l’on pouvait trouver dans les grandes et moyennes surfaces françaises, un volume moindre que celui exporté au Japon.

« Avec une consommation de trois litres par habitant et par an, le Japon reste le marché asiatique le plus mature », précise Anthony Collet.

Aussi l’interprofession n’hésite-t-elle pas à mettre des moyens sur le beaujolais nouveau au Japon. « Il faut savoir qu’il y a des Japonais qui ne boivent du vin qu’à cette occasion-là. C’est un véritable enjeu économique pour nous ».

De manière plus large, l’Inter beaujolais travaille à placer toute l’année des vins de garde sur le marché japonais.

« 72 264 hectolitres de vins du Beaujolais ont été exportés au Japon en 2012, plaçant le vignoble en troisième fournisseur de vin AOP après Bordeaux (190 675 hectolitres) et juste derrière la Bourgogne (72 291 hectolitres). D’ailleurs, l’écart se réduit entre les deux régions. »

Fait unique au monde, 91 % des importations de beaujolais sont des vins primeurs, et depuis deux ans, le beaujolais s’est aussi fait une place en Russie avec une très forte progression, ainsi qu’au Brésil.

Il s’ouvre également les portes de la Chine. Par ailleurs, 16 251 hectolitres de beaujolais nouveau sont exportés aux États-Unis et 5 428 hectolitres en Allemagne.

« Le beaujolais est une marque connue et reconnue comme produisant des vins de qualité. Nous n’entendons jamais de critique sur nos vins au grand export. »

 

Source: Le dauphiné

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité du Japon

Discussions

Laisser un commentaire