L’action du groupe d’électronique japonais Sony a dévissé de 8,85% jeudi en clôture à la Bourse de Tokyo, tombant à son plus bas niveau depuis 1980, après l’annonce la veille d’une émission prochaine d’obligations convertibles entraînant un risque de dilution du capital.

 

A la fermeture du marché, le titre Sony a chuté de 77 yens pour tomber à 793 yens, après s’être même effondrée de quelque 11% dans la journée.

Le géant japonais de l’électronique Sony avait annoncé mercredi après la fermeture qu’il allait émettre des obligations convertibles en actions pour un montant de 150 milliards de yens (1,5 milliard d’euros) afin de financer des projets attenant à ses activités majeures.

Sony espère ainsi renforcer ses divisions-piliers et recouvrer une rentabilité durable alors que ses finances sont durement malmenées par la conjoncture extérieure et des faiblesses structurelles.

Sony prévoit d’utiliser cet argent pour renforcer sa production de capteurs d’images CMOS au Japon, pour sa prise de participation au capital de son compatriote Olympus, pour payer le rachat de la société américaine de jeux vidéo en ligne Gaikai et pour rembourser des obligations antérieures.

Les investisseurs craignent, eux, que ces titres obligataires convertibles en actions n’entraînent une dilution du capital, avec une augmentation de plus de 15% des actions en circulation si toutes les obligations étaient converties.

L’action Sony avait amorcé une vertigineuse chute il y a des mois en raison de finances en piteux état, à cause de la baisse de la demande de produits audiovisuels, de la concurrence infernale sur ses produits-phares, de la cherté handicapante du yen et de faiblesses structurelles.

Les coûteuses mesures de restructuration en cours ne suffisent pour l’heure pas à redonner confiance aux actionnaires, d’autant que les agences de notation ont plusieurs fois sanctionné le groupe et menacent de continuer sauf amélioration significative relativement improbable à court terme.

 

Discussions

Laisser un commentaire