Entre janvier et septembre, 74 personnes sont décédées à cause de médicaments dits dangereux, selon l’Agence de la police nationale.

 

Les conclusions de l’agence Nationale de Police ont été annoncés jeudi à la Chambre des conseillers de la santé, du travail et des affaires sociales. Le nombre a fait un bond depuis 2012 avec huit décès et depuis 2013 avec neuf décès. L’agence Nationale de Police et le Ministère de la Santé, du Travail et de la protection sociale prévoient de renforcer la répression contre les distributeurs de ces médicaments.

Le nombre de cas mortels suspectés d’avoir été causés par l’utilisation de drogues dangereuses, est constitué des décès où des médicaments dangereux ont été trouvés à proximité du corps ainsi que ceux ayant récu des témoignages de proches. Parmi les préfectures, Osaka a eu le plus grand nombre de décès avec 20 cas, suivie par Kanagawa avec 11 et Tokyo avec 9.

Selon Toshihiko Matsumoto, médecin du service de la toxicomanie au Centre national de neurologie et de psychiatrie, ces médicaments peuvent entraîner des symptômes d’intoxication aiguë, comme une altération de la conscience et des convulsions.

Dans certains cas, les consommateurs meurent de battements de cœur irréguliers ou d’infarctus du myocarde, indique Matsumoto. Certains tentent même de se suicider en raison d’hallucinations.

« Pour échapper à la loi en vigueur contre les drogues, les créateurs de ces médicaments ont modifié une partie de leur structure chimique en y ajoutant des substances inconnues. Celles-ci augmentent la toxicité des médicaments et rendent les consommateurs accro », a déclaré Matsumoto.

 

Source : the-japan-news || Image : Shutterstock.com

Discussions

Laisser un commentaire