La présidente sud-coréenne Park Geun-hye, en visite aux Etats-Unis, a exhorté mercredi le Japon à confronter le passé de façon honnête pour le bien de l’Asie du Nord-Est.

 

« Ceux qui restent aveugles vis-à-vis du passé ne peuvent pas voir l’avenir », a déclaré Mme Park en s’adressant devant le Congrès américain au lendemain de sa rencontre avec le président Barack Obama.

Outre les disputes territoriales, les tensions ont encore monté d’un cran entre la Corée du Sud et le Japon après les remarques du Premier ministre japonais Shinzo Abe justifiant les visites de certains membres de son cabinet et d’autres législateurs nippons au sanctuaire de Yasukuni, qui honore 2,5 millions de Japonais morts pendant la Seconde Guerre mondiale, dont 14 personnes reconnues comme des criminels de guerre.

Dans un entretien avec le quotidien « The Washington Post », Mme Park a noté que « les Japonais ont ouvert les blessures du passé et les ont laissé s’envenimer, et cela ne s’applique pas uniquement à la Corée mais aussi à d’autres pays voisins ».

La présidente sud-coréenne est arrivée dimanche dernier à New York pour entamer sa visite aux Etats-Unis, sa première visite à l’étranger depuis son entrée en fonctions en février dernier.

 

Le Japon souhaite des relations tournées vers l’avenir avec la Corée du Sud

 

Le gouvernement japonais va s’efforcer de promouvoir des relations tournées vers l’avenir avec la Corée du Sud en expliquant prudemment son point de vue sur les questions historiques.

Le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga s’est adressé ce jeudi devant la presse, suite au discours de la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, devant le Congrès américain.

Mme Park a indirectement critiqué le Japon en déclarant que l’aveuglement du passé empêchait de regarder le futur.

M. Suga a précisé que le gouvernement actuel reconnaissait, tout comme les administrations précédentes, que le Japon avait infligé d’importants dommages et de graves souffrances à de nombreuses populations, notamment en Asie.

Il a ajouté que le Japon d’après-guerre avait reconnu les faits et ressenti une profonde culpabilité par rapport au passé, estimant que cette séquence de l’histoire nippone devait être dûment « appréciée ».

Enfin, M. Suga a promis que Tokyo redoublerait d’efforts diplomatiques pour que la position du Japon soit mieux comprise par la Corée du Sud.

Discussions

Laisser un commentaire