Cette année marque le 80e anniversaire de la mort de Chuken Hachiko, ce chien japonais célèbre pour sa fidélité inébranlable à son maître. Hachiko était un chien Akita, une race qui a récemment acquis une grande popularité à l’étranger pour son intelligence et sa nature fidèle.

 

« De nos jours, les chiens Akita sont incroyablement populaires dans les pays étrangers », a déclaré Kenro Nagoshi, un professeur à l’université internationale d’Akita, spécialiste de la Russie et des médias.

Possédant déjà 59 bureaux et succursales au Japon, la Fondation représentante des chiens Akita a connu une forte augmentation de sa présence à l’étranger, où elle a désormais 11 clubs et succursales. Une succursale est également prévue en Argentine.

 

Une popularité acquise grâce à un film

 

Un chien Akita a traversé l’océan Pacifique pour la première fois en 1937. Ce fut l’animal de compagnie de Helen Keller, écrivaine, devenue la première personne sourde-muette-aveugle à obtenir un diplôme universitaire en arts. Impressionnée par l’histoire touchante de Hachiko et désirant rencontrer un chien Akita, Keller a visité le Japon et a ramené aux Etats-Unis un chiot nommé Kamikaze-go.

19282162Kamikaze-go mourut assez vite d’une maladie, mais Keller fut charmée par le caractère de son chien Akita et souhaita en posséder un autre. En 1939, elle reçut un chien nommé Kenzan-go.

Aussi grands que les bergers allemands, les chiens Akita étaient populaires auprès des soldats américains stationnés au Japon après la Seconde Guerre mondiale. Ils ont également attiré l’attention de stars comme l’acteur Alain Delon et le chanteur américain Stevie Wonder.

Ce récent boom à l’étranger doit beaucoup au film américain intitulé « Hatchi », sorti en 2009. Le film qui n’est pas sorti aux États-Unis, n’a généré que 5 milliards de yens (~37 millions d’euros) au box-office dans le monde. Cependant, le film a été très bien reçu dans des pays comme l’Allemagne et la Russie.

Le film a également connu un succès en Italie, où la fondation a décidé d’y installer sa branche européenne.

 

Contribution à la diplomatie

 

Les chiens Akita sont devenus davantage populaires en Russie en 2012, lorsqu‘un chien fut offert au président Vladimir Poutine, par Norihisa Satake le gouverneur d’Akita, en guise de remerciement pour le soutien de la Russie lors du séisme de 2011.

Poutine a nommé son chien Yume, ou «rêve» en japonais. En contrepartie, Poutine a offert à la préfecture d’Akita un chat sibérien. Il fut nommé Mir, qui signifie «paix» ou «monde» en russe, par le gouverneur qui adore les chats.

A cette époque, la relation bilatérale était détériorée pour de nombreuses raisons, dont la visite de l’ancien président russe Dmitri Medvedev sur l’île de Kunashiri. Le ministre des Affaires étrangères Koichiro Genba est alors parti en Russie en compagnie de Yume et a réussi à entrer en pourparlers avec Poutine.

Selon le professeur Nagoshi, une personne travaillant dans la division russe du ministère des Affaires étrangères avait alors dit à un fonctionnaire du gouvernement de la préfecture d’Akita : « Nous avons pu rencontrer le Président grâce à un chien Akita. Voilà une chose hors du commun. »

Le professeur indique que le chien a contribué à améliorer les relations entre le Japon et la Russie.

akita-poutine

Selon Osamu Yamaguchi, un éleveur de chiens de 61 ans vivant à Takasaki (Gunnma) « La popularité des chiens Akita augmente même dans les pays islamiques, surtout parmi les gens riches. »

Yamaguchi a vendu des chiens dans des pays étrangers, dont environ 30 en Russie. Une première transaction avec l’Egypte eut lieu pour la première fois en Janvier.

« Des chiens Akita sont désormais gardés comme animaux de compagnie en Indonésie et au Koweït. Les étrangers semblent en savoir plus sur les charmes des chiens Akita [que les Japonais] » indique Yamaguchi, qui est éleveur de chiens Akita depuis environ 30 ans.

 

Source : Japan news

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire