Le Département de la Police Métropolitaine de Tokyo (TMPD) va prochainement dispenser des cours sur la cybercriminalité aux enquêteurs des bureaux de police locaux afin de prévenir les arrestations injustifiées.

 

Ces enseignements seront donnés par des agents techniques spécialement formés par le TMPD aux techniques de cybercriminalité.

La décision d’organiser ces cours fait suite à l’arrestation injustifiée de quatre personnes au cours de l’année 2012. Leurs ordinateurs avaient été piratés et contrôlés à distance dans le but d’envoyer des messages de menace.

D’après un rapport publié par le TMPD en décembre 2012 sur ces arrestations, les enquêteurs n’avaient pas envisagé l’hypothèse du piratage et de l’utilisation à distance des machines – leurs investigations s’arrêtant à l’identification des adresses IP des ordinateurs.

Le contenu de ces cours sera mis à jour fréquemment afin de rester au niveau des techniques sophistiquées de piratage qui sont en évolution permanente.

Une centaine de spécialistes de la cybercriminalité expliqueront aux enquêteurs des bureaux de police locaux les principes de la communication sur Internet.

Ils donneront aussi des cours sur le piratage de réseaux Wifi locaux ainsi que sur la manière de contrôler à distance un ordinateur en y introduisant un cheval de Troie.

La cybercriminalité peut prendre plusieurs formes : la vente de drogue, la pédo-pornographie ainsi que le chantage et la fraude etc.

Dans ce contexte, le TMPD a estimé qu’il devenait essentiel de former tous les enquêteurs aux principes de la cybercriminalité, quel que soit le type d’enquête.

En février 2013, le gouvernement avait organisé son premier concours de « Hacking ». Cette seconde initiative démontre la volonté du gouvernement japonais de s’attaquer à un sujet resté trop longtemps tabou.

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire