La nouvelle île, émergée au large des côtes japonaises le 20 novembre dernier, a enfin reçu son nom. Baptisée Niijima, elle fait un peu plus de 5,2 hectares, selon les derniers rapports, et devrait rester à sa place pendant au moins quelques années, estiment les scientifiques.

 

La Terre compte une nouvelle île officielle. Appelez-là Niijima. En novembre dernier, l’activité volcanique à l’ouest de la Ceinture de Feu du Pacifique a donné naissance à une toute nouvelle petite île. Depuis, elle n’a pas bougé et continuerait même de s’agrandir, selon les experts.

C’est le 20 novembre dernier que tout a commencé lorsqu’une très forte activité sismique a provoqué l’éruption d’un volcan sous-marin. Petit à petit, la lave expulsée s’est refroidie, puis solidifiée, pour finalement émerger à la surface de la mer sous la forme d’une minuscule île de quelques centaines de mètres de diamètre.

Au moment de sa création, les gardes-côtes japonais ainsi que plusieurs experts, estimaient qu’il était trop tôt pour savoir si l’île allait se stabiliser définitivement. Résultat, pas question de l’ajouter à la carte nationale du Japon.

Depuis, l’agence météorologique du Japon a revu son jugement. Avec l’éruption volcanique qui se poursuit depuis presque un mois, la nouvelle a pris du gallon et fait désormais plus de 5 hectares. Et selon elle, l’île est bien partie pour rester un petit bout de temps. Finalement, elle a donc reçu son petit nom : Niijima.

 

Une île assez active

 

« Étant donné que l’éruption du volcan sous-marin est toujours en cours, nous ne savons pas ce que l’île va devenir exactement.

Mais elle ne disparaîtra sûrement pas dans les prochains jours ou semaines. Elle sera là pendant au moins plusieurs années, à moins qu’une énorme éruption volcanique la balaye », explique Tomoyuki Kano, de l’agence météorologique, repris par The Australian.

Au début du mois de décembre, l’île avait déjà triplé en taille, atteignant 0,056 kilomètre carré, le 4 décembre. « La plupart du temps, les îles de ce genre ont une durée de vie très courte car elles sont constituées de cendres et de particules de roches qui sont vite érodées par l’action des vagues », détaille Bruce Houghton, professeur en volcanologie à l’Université d’Hawaï, au Los Angeles Times.

« On peut toujours voir une fine volute de fumée et des cendres s’échappent encore de l’îlot. À certaines occasions, il y a même de la lave qui jaillit, ce qui signifie que l’île pourrait encore grandir », affirme Tomoyuki Kano.

Selon la NASA, la couleur verdâtre de l’eau entourant l’île est due à la présence de minéraux volcaniques et de gaz, se mélangeant aux sédiments du fond sous-marin.

 

D’autres îles déjà apparues

 

Des éruptions similaires ont également provoqué l’apparition de petites îles dans les eaux territoriales du Japon, notamment au début des années 70 et au milieu des années 80. Depuis, elles sont retournées partiellement ou totalement au fond de l’océan.

Ce n’est donc pas une coïncidence si Niijima s’est formée près de Nishino-Shima. Les deux îles appartiennent à l’arc Izu-Bonin-Mariana, qui forme une ligne de volcans à l’ouest du Pacifique. Ceux-ci se réveillent notamment en cas de collision entre deux plaques tectoniques ou encore si l’une passe sous l’autre.

 

 

Source : Gentside Découverte

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité du Japon

Discussions

Laisser un commentaire