Un poème datant de la fin du IXe siècle, écrit sur une tablette en bois, pourrait fournir des indices sur la façon dont les hiragana ont été créés.

 

« L’ensemble du célèbre poème « Naniwa-zu no Uta » a été inscrit à l’encre sur du cyprès japonais en utilisant un syllabaire intermédiaire, situé entre le manyogana, l’un des premiers systèmes d’écriture japonais datant du Ve siècle, et l’hiragana » a déclaré l’Institut de recherche archéologique de la ville de Kyoto.

« Cet élément pourra servir de référence dans l’étude de l’écriture japonaise », a déclaré Shuji Yoshino, professeur d’histoire japonaise ancienne à l’Université de Kyoto Sangyo.

mokkan-naniwazu-kyoto-origine-hiraganaLa tablette portant le nom de « mokkan » fait 4 millimètres d’épaisseur, 34,5 cm de long et 3,5 cm de large et date de la période Heian (794-1185). Elle a été découverte près d’une maison qui se trouvait sur l’avenue Suzaku, une rue qui traversait l’ancienne capitale Heiankyo, désormais nommée Kyoto, du nord au sud.

Les 31 caractères qui composent le poème ainsi que les 20 caractères de texte additionnel ressemblent beaucoup à l’hiragana mais contiennent quelques différences.

On pense que le poème « Naniwa-zu no Uta » a été écrit par Wani, un savant originaire du royaume coréen de Baekje, venu au japon autour du cinquième siècle.

Trente-sept artefacts ont été découverts avec ce poème, dont certains datant de la période Asuka (592-710). La majorité utilise le manyogana, qui était basé sur certains caractères chinois.

Les kanji originaires de Chine, ont connu une adaptation phonétique lors de leur utilisation au Japon. Les caractères ont par la suite été simplifiés et transformés en hiragana mais ce processus de transformation reste encore un mystère.

L’écriture utilisée sur cette tablette n’est ni du manyogana ni de l’hiragana, mais quelque chose de situé entre les deux, a indiqué l’Institut.

« L’utilisation du manyogana était devenu la norme lors de l’écriture du poème « Naniwazu », mais on peut voir que l’utilisation des caractères intermédiaires était très répandue durant la fin du IXe siècle » a déclaré Towao Sakaehara, le directeur du Musée d’histoire d’Osaka.

Le poème fournit un exemple concret de la période de transition du système d’écriture. Celui-ci est exposé au Musée archéologique de la ville de Kyoto jusqu’au 13 Décembre. L’entrée est gratuite.

 

Source : Asahi Shimbun

Discussions

5 Réponses

Laisser un commentaire