De plus en plus de touristes viennent au Japon pour apprendre à cuisiner des plats japonais washoku (traditionnels) et d’élargir leurs options par rapports aux restaurants proposant les typiques et, souvent hors de prix, sushi et tempura dans leurs pays d’origine.

 

Un jour de juin, un groupe de touristes venus d’Australie et d’Italie se sont retrouvés dans la maison de Mari Nameshida dans le quartier de Chuo à Tokyo pour prendre une leçon de cuisine. Le plat du jour est la confection de raviolis gyoza farcis au porc émincé et aux légumes.

Oliver Hinss, un Australien de 27 ans, disait que les coques de gyoza étaient introuvables chez lui. Il a donc décidé d’aller au Japon pour apprendre à faire des raviolis de A à Z.

En suivant les instructions du professeur japonais de 28 ans, il a mélangé de la ciboulette chinoise, de la viande émincée et d’autres ingrédients et a été impressionné par la recette.

Nameshida a commencé à donner des cours de cuisine japonaise à des Canadiens sur demande d’un de ses amis. A l’époque, le menu était, sans surprise, des sushi. Depuis, elle a donné cours à plus de 3000 personnes venues de l’étranger.

Elle choisit le menu du jour parmi 50 recettes et donne des cours cinq fois par semaine.

Depuis que la cuisine japonaise traditionnelle washoku a été ajoutée à la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, le cours de cuisine de Nameshida a été choisi comme l’activité la plus populaire pour les touristes de la région du Kanto par le site internet de voyages Trip Advisor l’année dernière.

Les fins gourmets disaient qu’elle avait récemment reçu des demandes de touristes étrangers pour apprendre à cuisine des plats locaux japonais comme le hoto, un plat fait des nouilles udon plates et larges et de beaucoup de légumes, tout comme que boulettes cuisinées oyaki.

« J’espère que les touristes seront intéressés par la culture japonaise locale », dit Nameshida.

 

Faites vos sushis vous-mêmes

 

L’Ecole de cuisine de Tsukiji dans le quartier de Chuo a commencé à donner des leçons à des groupes de voyageurs étrangers depuis décembre 2013, leur classe étant près du célèbre marché de poisons de Tsukiji.

apprendre-cuisine-japonais-au-japonIl y a quelques jours, trois couples italiens se sont essayés à la confection de rouleaux de sushi dans une école de cuisine qui enseigne seulement à des non-Japonais.

Les crêpes okonomiyaki du style du Kansai, contenant du porc, des légumes et d’autres ingrédients, sont devenus un des plats les plus populaires auprès des touristes, selon les représentants de l’école.

En avril, l’école a reçu un mail d’un futur participant demandant s’il était possible d’apprendre à faire des okonomiyaki du style d’Hiroshima.

« Ce n’est plus difficile de trouver de la nourriture japonaise typique à l’étranger » dit Misao Sugibayashi, 41 ans, un professeur de l’école. « Cependant, les plats maison japonais restent relativement inconnus aux non-Japonais. »

L’école tient des cours deux fois par semaine, mais a l’intention d’augmenter le nombre de classes à cinq fois par semaine d’ici la fin de l’année.

Selon une filiale japonaise de Trip Advisor, les cours de cuisine sont l’activité la plus populaire parmi les 466 programmes disponibles pour les touristes étrangers dans la région du Kanto.

Il y avait plus de 300 avis sur le programme sur le site internet Trip Advisor l’année dernière, contre 10 environ il y a deux ans.

Pendant ce temps, l’agence de voyages JTB Corp affirmait que de plus en plus de visiteurs au Japon se sont inscrits pour des circuits « d’expérience » ces dernières années. Il y avait 1,6 fois plus d’inscriptions en Août d’année en année, et les inscriptions pour septembre ont doublé de volume comparé à l’année dernière.

Certaine que cette expérience va devenir « une nouvelle attraction touristique au Japon », l’agence a augmenté le nombre de séjours, avec des options comprenant des cours de cuisine, à pratiquement 700  séjour cette année soit plus du double des 300 proposés l’année dernière.

 

 

Source : Hiroki Endo – The Asahi Shimbun

 

Discussions

Laisser un commentaire