La Corée du Nord annonce qu’elle prolongera d’une semaine, jusqu’au 29 décembre, la fenêtre du lancement de ce qu’elle présente comme une fusée porteuse d’un satellite. La raison évoquée est la découverte de problèmes techniques.

 

Pyongyang avait à l’origine déclaré que le lancement de sa fusée aurait lieu entre 7 heures du matin et midi pendant une période allant du 10 au 22 décembre. Le site du lancement serait à Tongchang-ri, dans le nord-ouest du pays. Il s’agirait en fait d’un essai de missile balistique de longue portée.

Un porte-parole du Comité nord-coréen pour la technologie spatiale a publié lundi un communiqué dans lequel est mentionnée la découverte d’un problème technique dans le module de commande du moteur du premier étage de la fusée à trois étages.

Le communiqué précise que les techniciens continuent à effectuer les derniers préparatifs du lancement.

Certains observateurs estiment que les problèmes techniques pourraient avoir forcé les scientifiques à étendre d’une semaine la fenêtre de lancement.

 

Des problèmes techniques graves pourraient être à l’origine de la prolongation

 

Le ministre japonais de la Défense a ordonné à de hauts responsables du ministère et aux Forces d’autodéfense de rester vigilants face au lancement prévu de la fusée nord-coréenne.

Le ministre Satoshi Morimoto a convoqué les responsables ce lundi, après l’annonce par le Nord de l’extension de la fenêtre de lancement.

Un haut responsable du ministère a déclaré à la NHK que des problèmes techniques graves pourraient être à l’origine de cette décision de Pyongyang. Il a ajouté que la durée de la période prévue pour le lancement semble traduire le manque de confiance de la Corée du Nord dans sa propre technologie.

Le ministère pourrait envisager de maintenir en place jusqu’au 29 décembre l’ordre donné aux FAD d’intercepter les débris de fusée susceptibles de tomber sur le territoire japonais.

 

Les FAD aériennes et maritimes en alerte

 

Les Forces japonaises d’autodéfense restent en alerte pour le lancement de ce que la Corée du Nord appelle une fusée porteuse d’un satellite.

Les Forces aériennes d’autodéfense ont déployé leurs systèmes de défense antimissile PAC-3 dans des îles de la préfecture d’Okinawa, près de la trajectoire annoncée de la fusée.

Des systèmes PAC-3 ont aussi été mis en place au siège du ministère de la Défense à Tokyo et dans d’autres bases des FAD près de la capitale.

Les FAD maritimes ont pour leur part déployé des destroyers Aegis dans la mer du Japon et dans la mer de Chine orientale près de la trajectoire de la fusée.

Ces bâtiments sont prêts à tirer des missiles SM-3 pour intercepter tout débris.

Le ministère japonais de la Défense annonce que les intercepteurs de missiles ne seront pas lancés si la fusée maintient sa trajectoire.

 

 

 

 

Discussions

Laisser un commentaire