Englués par leurs déficits dans les téléviseurs et la concurrence des  coréens Samsung et LG, les groupes japonais Sharp, Sony et Panasonic tablent sur la fin attendue de leurs pertes dans ce métier.

 

Pour réduire ses coûts, Sharp envisagerait une réduction supplémentaire de 5 000 postes dans ses effectifs mondiaux, pour les ramener à 46.000 personnes, fin mars 2016, a annoncé vendredi le quotidien japonais Asahi Shimbun.

L’an dernier, Sharp avait déjà coupé 5.000 emplois. Ces nouvelles réductions de postes pourraient s’effectuer via la fermeture d’usines de téléviseurs en Chine et en Malaisie ou des cessions à des fabricants étrangers.

Cette rumeur, qui n’est pas confirmée, a fait bondir l’action Sharp de plus de 6 % à la Bourse de Tokyo, qui a touché son plus haut cours depuis un an.

Par ailleurs, le groupe japonais doit faire face à des échéances prochaines de remboursement de sa dette, qui devrait s’effectuer via de nouveaux emprunts bancaires ou d’apports en capitaux de ses actionnaires.

Samsung est devenu le premier actionnaire non-japonais de Sharp avec 3 % du capital. Ce partenaire devrait l’aider à renouer avec un bénéfice dans les deux ans pour les téléviseurs à cristaux liquides (LCD).

Mardi prochain, Sharp dévoilera son plan de relance. De son côté, Panasonic, deuxième fabricant de téléviseurs de l’Archipel, table sur des profits moins élevés que prévu pour l’exercice fiscal clos au 31 mars 2014.

Son bénéfice net serait limité à 50 milliards de yens (379 millions d’euros), après une perte nette de 754 milliards (5,7 milliards d’euros) pour l’exercice écoulé.

Neuf années de pertes

 

Kazuhiro Tsuga, le président de Panasonic, a engagé un plan de réduction de coûts supplémentaires pour renouer, dans les deux ans, avec les profits dans les téléviseurs, les semi-conducteurs, les téléphones mobiles et les lecteurs optiques. Mais sa production de téléviseurs est déficitaire depuis 2008.

Enfin, Sony, redevenu la coqueluche de la Bourse de Tokyo depuis le début de l’année (86 % de hausse du cours), a réduit ses pertes plus vite que prévu dans les téléviseurs pour l’exercice clos au 31 mars dernier. La faiblesse du yen face au dollar a contribué à soutenir ses exportations.

Le groupe de Tokyo vient cependant d’accuser sa neuvième perte consécutive dans les téléviseurs. Mais dès cette année, Sony, présidé par Kaz Hirai, promet d’être à l’équilibre dans cette activité.

 

 

Source: Le figaro

Discussions

Laisser un commentaire