La Chine a assuré mercredi que des « actions provocatrices » ne l’empêcheraient pas de défendre son territoire, après la confirmation par le Japonde sa participation à des manœuvres militaires avec les Etats-Unis.

 

Le Japon et la Chine se disputent la souveraineté d’un chapelet d’îles, baptisées Senkaku par les Japonais et Diaoyu par les Chinois.

Le Japon a déclaré mardi que les manœuvres militaires conjointes avec les Etats-Unis, en juin au large de la Californie, prévoyaient la reprise d’un îlot isolé mais ne visaient pas à établir des scénarios impliquant un pays en particulier, a rapporté l’agence de presse Kyodo.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a assuré mercredi que la « pression étrangère » ne détournerait pas la Chine de son devoir de protéger sa souveraineté territoriale en mer de Chine orientale.

« Pour toute action provocatrice rapportée, le gouvernement chinois maintiendra une réponse ferme », a-t-elle déclaré à la presse. « Nous avons toujours soutenu la même position sur les questions liées aux îles Diaoyu : résoudre, organiser et contrôler de manière appropriée les questions pertinentes par le dialogue bilatéral et les négociations ».

Le chef d’état-major des armées américaines, le général Martin Dempsey, a déclaré mercredi à Pékin, où il est en visite, avoir rappelé aux responsables chinois les obligations des Etats-Unis envers le Japon.

« Nous ne prenons pas position sur les questions territoriales. Dans le cas du Japon en particulier, pourtant, j’ai pris le soin de rappeler que nous avons certaines obligations envers le Japon en vertu de traités que nous honorerions », a-t-il déclaré.

Le traité américano-japonais engage les Etats-Unis à intervenir pour défendre le Japon en cas d’attaque sur un territoire sous administration nippone.

Mardi, des nationalistes japonais ont atteint les parages des îles Senkaku/Diaoyu, suscitant une protestation du gouvernement chinois.

 

 

Discussions

Laisser un commentaire