Shinji Kagawa a peut-être quitté le Borussia Dortmund pour Manchester United en Premier League anglaise cet été, mais son héritage se perpétue car un nombre croissant de joueurs japonais jouent désormais en Allemagne.

Pas moins d’une dizaine de compatriotes de Kagawa sont dans les livres du club de la Bundesliga. Aucune autre ligue européenne n’a autant de joueurs asiatiques.

Kagawa n’était pas le pionnier, titre appartenant à Yasuhiko Okudera qui est arrivé en 1977 et est resté jusqu’en 1986, mais il avait apporté un changement au jeu. Après que le milieu de terrain du Borussia Dortmund ait rejoint le club durant l’été 2010, il a ouvert les yeux des clubs allemands et ses fans sur les capacités et le talent disponibles au Japon.

Connu pour le fait qu’il ait été signé pour seulement € 350.000 ($ 440.000) et ensuite vendu à Manchester United pour plus d’environ 15 millions d’euros (18,7 millions de dollars), il était également l’un des meilleurs joueurs de la ligue ces deux dernières saisons, aidant Dortmund a obtenir 2 titres successifs.

« Kagawa n’était pas dans l’équipe de Coupe du monde 2010, mais a été fantastique dans la Bundesliga », a déclaré Takehiko Nakamura, directeur général de Sports Marketing Lead Off à Associated Press.  » Il a fait réaliser de nombreux clubs qu’il y a de jeunes joueurs talentueux et pas cher au Japon, et les a motivés à s’intéresser de plus près à la J-League.

« En outre, les frais de transfert et les salaires pour ces jeunes joueurs sont souvent relativement peu chers et les rend donc plus attrayants pour les clubs allemands », a ajouté Nakamura qui a noté que des liens étroits entre les agents des deux pays est un autre facteur.

Malgré les premiers succès d’Okudera, Ce n’est qu’au début de ce nouveau siècle que la Bundesliga a vu une augmentation des arrivées en provenance de l’est. Shinji Ono, Junichi Inamoto, Naohiro Takahara et Makoto Hasebe ont eu un certain succès dans la décennie précédente, mais les exploits de Kagawa ont contribué à créer un mini-exode en provenance de la J-League.

En 2011, les joueurs de l’équipe nationale tels que Shinji Okazaki et Hajime Hosogai sont arrivés et ont été suivis de jeunes talents qui n’étaient pas encore membres de l’équipe nationale telle que Yuki Otsu et Takashi Usami.

« Après le succès de Shinji Kagawa, beaucoup de clubs en Allemagne se sont intéressés aux joueurs japonais et à mes yeux c’est la raison principale pour laquelle tant de joueurs ont déménager en Allemagne ces jours-ci», a déclaré Usami, après son passage au Bayern Munich en 2011. L’attaquant joue désromais avec Hoffenheim et était l’un des cinq membres de l’équipe olympique japonaise de 2012 sous contrats avec des clubs de la Bundesliga.

Nakamura estime que Kagawa a changé la perception de ce que les joueurs asiatiques peuvent atteindre.

« Kagawa est petit et les gens étaient sceptiques quant à l’idée de le voir jouer dans une ligue de haut niveau telle que la Bundesliga, mais il s’est avéré être l’un des meilleurs joueurs. En outre, de nombreux clubs allemands ont salué l’attitude des joueurs japonais et le professionnalisme sur et hors du terrain. Ils sont généralement faciles à gérer et ils peuvent souvent jouer dans diverses positions qui permet à un entraîneur de mettre en place son roaster.  »

Felix Magath, l’ancien patron du Bayern Munich, qui a travaillé avec Atsuto Uchida à Schalke et Hasebe à Wolfsburg, est un fan des joueurs de la J-League.

«Les Japonais sont disciplinés, travailleur et obéissant envers l’équipe », a déclaré Magath. « Je me concentre sur le fait de savoir combien un joueur apporte à l’équipe. ils ont la vitesse, de la technique et de la discipline. »

L’inondation de joueurs japonais dans la Bundesliga a également renforcer la coté de popularité de la Bundesliga au Japon.

« Beaucoup de matchs sont présentés à la télévision et à cause du décalage horaire, des personnes se lèvent au milieu de la nuit pour regarder la Bundesliga », a déclaré Utsida. «Il y a toujours beaucoup de journalistes japonais à nos matchs interessés par le football allemand et en particulier les joueurs japonais. Les japonais aiment l’atmosphère dégagée lors de nos matchs.  »

Alors que les Japonais sont de plus en plus observés en Allemagne comme leur premier port d’escale en Europe, les joueurs sud-coréens ont plus d’affinités avec l’Angleterre. Ki Sung-Yeung est en passe de devenir le dixième Sud-coréen à jouer dans la Premier League après son récent transfert à Swansea City.

Il y a tout de même un contingent dans la Bundesliga. Cha Bum-kun qui a rejoint l’Eintracht Francfort en 1979 et a déménagé au Bayer Leverkusen quatre ans plus tard. Quatre-vingt-huit buts en un peu plus de 300 cent selections ont aidés les deux clubs à obtenir la Coupe de l’UEFA.

Son fils Du-ri Cha poursuit l’héritage à Fortuna Dusseldorf, Son Heung-Min est un attaquant à Hambourg alors que le milieu de terrain Koo Ja-Cheol joue pour Augsbourg.

Discussions

Laisser un commentaire