Le Japon cède finalement aux critiques. Une manière peut-être d’anticiper pour ne pas connaître le même sort que la Russie, pays hôte des JO d’hiver de 2014.

 

La taille du principal stade prévu pour les Jeux Olympiques 2020, dont le projet initial était jugé pharaonique, va être diminuée. C’est ce qu’ont annoncé mardi les autorités sportives japonaises.

C’est une modification qui ne touchera pas la capacité du stade ni la hauteur du stade. Par contre, la taille des loges VIP devrait être réduite, tout comme l’ampleur d’un musée attenant et le nombre de places de parking, selon le Conseil du Sport du Japon (JSC), gérant de l’actuel stade olympique et du futur nouveau stade.

 

Un gigantesque stade fortement controversé

 

Avec une contenance de 80.000 places, ce stade dont la construction constitue l’un des éléments clés de la candidature victorieuse de Tokyo pour l’organisation des JO dans sept ans, doit être bâti dans l’ouest de la capitale en lieu et place du précédent stade olympique utilisé lors des Jeux de 1964.

La zone où il sera construit comporte de nombreux parcs et un sanctuaire shintoïste. Des associations de résidents de Tokyo ont dénoncé l’ampleur du projet, soulignant que ce stade de 70 mètres de haut allait écraser toutes les autres constructions du quartier, dont la hauteur est limitée à 15 mètres.

Mardi, le JSC a annoncé qu’il allait réduire d’un quart la superficie prévue pour l’installation, la limitant à un espace au sol de 220.000 mètres carrés.

Le JSC n’a pas fourni de nouvelle estimation du coût de la construction ainsi revue, mais d’après les médias nippons la facture pourrait n’atteindre que 180 milliards de yens (1,3 milliard d’euros) contre 300 milliards de yens estimés au départ (2,2 milliards d’euros).

 

Une modification qui n’entame pas le plan originel

 

Un responsable du JSC a souligné devant un panel d’experts que le projet s’appuyait toujours sur les plans de l’architecte irako-britannique Zaha Hadid.

« Nous prévoyons simplement d’en diminuer l’ampleur« , a-t-il expliqué. Les responsables du JSC assurent que le nouveau plan respecte encore les normes du Comité international olympique (CIO), qu’il comprend toujours un toit rétractable et une configuration de sièges modifiable en fonction des événements accueillis.

Avant les JO-2020, le nouveau stade devrait recevoir entre autres des matches de la Coupe du Monde de rugby en 2019.

« Nous avons dressé ce nouveau plan en tenant compte des opinions » exprimées par un collectif d’architectes japonais, dirigé par Fumihiko Maki, et par divers intellectuels nippons, a souligné le président du JSC, Ichiro Kono.

M. Maki est un architecte renommé qui a notamment dessiné la Four World Trade Center, un gratte-ciel édifié sur le site victime des attentats du 11 septembre 2001 à New York. Cette nouvelle tour a été inaugurée à la mi-novembre.

 

 

Source: africatopsports.com

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité du Japon

Discussions

Laisser un commentaire