L’armée américaine a imposé vendredi un couvre-feu à ses 47.000 soldats stationnés au Japon, pour une durée indéterminée, après le viol présumé d’une Japonaise sur l’île d’Okinawa par deux militaires.

Le général de corps d’armée Salvatore Angelella, commandant des Forces armées des Etats-Unis a annoncé cette mesure ce vendredi à Tokyo lors d’une conférence de presse à laquelle participait également l’ambassadeur des Etats-Unis au Japon, John Roos.

Au début de la semaine, la police japonaise a procédé à l’arrestation de deux marins américains accusés d’agression sexuelle sur une femme japonaise à Okinawa, dans le sud du pays.

Le général de corps d’armée Angelella a présenté ses excuses personnelles à la victime et à la population d’Okinawa.

Il a ensuite annoncé que l’ensemble du personnel militaire américain basé au Japon sera soumis à un couvre-feu entre 23 heures et 5 heures le matin, et ce chaque jour et dès ce soir. Cette règle va être également valable pour les soldats présents au Japon pour des durées limitées.

L’officier américain a souligné que c’était la première fois qu’un couvre-feu avait été imposé à tous les soldats de l’armée américaine présents au Japon.

L’ambassadeur Roos a précisé que le gouvernement américain allait coopérer avec le Japon pour l’enquête relative à cet incident et aider les troupes américaines à regagner la confiance du peuple japonais.

 

Discussions

Laisser un commentaire