Le ministère des Affaires étrangères a pris note samedi du message écrit adressé la veille à la population taiwanaise par le ministre japonais des Affaires étrangères, Koichiro Gemba, et publié en chinois sur le site internet de la Japan Interchange Association (JIA), l’organisme qui représente les intérêts japonais à Taiwan en l’absence de relations diplomatiques. Taipei a également appelé Tokyo à reprendre sans plus tarder les négociations sur les droits de pêche dans la zone disputée des Diaoyutai, un archipel situé en mer de Chine orientale, actuellement sous le contrôle du Japon mais que la République de Chine considère comme faisant partie inhérente de son territoire national.

 

Vendredi, Koichiro Gemba a exprimé le souhait du gouvernement japonais de voir la relation coopérative et pragmatique avec Taiwan continuer à se consolider. Notant qu’il était inévitable qu’un certain nombre de difficultés apparaissent entre des voisins proches, il a souligné l’importance de trouver des solutions aux dossiers en suspens, ajoutant que le Japon et Taiwan devaient tous deux produire des efforts sincères pour interagir de manière rationnelle, de manière à ce qu’un seul dossier n’affecte pas à lui seul l’ensemble de la relation bilatérale. Le ministre nippon des Affaires étrangères a aussi explicitement fait référence à l’Initiative de paix en mer de Chine orientale formulée le 5 août par le président de la République, Ma Ying-jeou [馬英九], en soulignant que certaines formulations étaient inacceptables pour le Japon mais qu’il était conscient que cette proposition avait pour but d’assurer la paix et la stabilité en mer de Chine orientale.

 

Dans ce message, Koichiro Gemba a enfin indiqué que le Japon partageait le souhait de Taiwan de voir rouvertes les discussions sur les droits de pêche dans la région, une perspective que le ministère des Affaires étrangères, à Taipei, a de nouveau appelé de ses vœux samedi. Taipei a également considéré que ce message adressé à la population taiwanaise était « une indication de la bonne volonté du Japon ».

 

Le message de Koichiro Gemba vise à empêcher une détérioration des relations bilatérales et à éviter de nouvelles protestations de grande ampleur comme celle organisée le 25 septembre dernier par des pêcheurs taiwanais à proximité des Diaoyutai, a pour sa part estimé Ho Szu-shen [何思慎], professeur de japonais à l’Université catholique Fu Jen, à New Taipei. Ce dernier a cependant ajouté que qualifier implicitement la querelle de souveraineté autour des Diaoyutai de « dossier en suspens » n’était pas suffisant. La question est de savoir si Tokyo est prêt à regarder en face la dispute de souveraineté sur les Diaoyutai et à admettre que la démarche qu’il a suivi jusqu’à présent ne peut résoudre le problème, a-t-il commenté.

 

Pour Liou To-hai, professeur de diplomatie à l’Université nationale Chengchi, la formulation choisie par Koichiro Gemba indique une approche plus modérée de Tokyo envers Taipei qu’envers Pékin. Ce ton conciliateur peut être vu comme « une stratégie visant à empêcher les deux rives du détroit de Taiwan de se prêter main forte pour traiter la dispute autour des Diaoyutai », a-t-il avancé.

Discussions

Laisser un commentaire