Pour beaucoup de joueurs, Nintendo est le premier à les avoir fait entrer dans le monde du jeu vidéo. Aujourd’hui, sa toute première console, la Famicom (ou Nintendo chez nous) fête ses 30 ans d’existence. L’occasion de revenir sur le parcours de la machine.

 

15 juillet 1983, Nintendo sort sa première console de salon après un an et neuf mois de développement. Après avoir tenté sa chance dans les salles d’arcade et les jeux électroniques, les fameux Game & Watch, la société japonaise décide de franchir le pas.

A l’époque, dans les foyers, les familles s’amusent avec des Atari 2600, des Colecovision ou des Vectrex, des machines onéreuses proposant des graphismes de qualité bien inférieure à ce qui se fait dans les salles d’arcade.

Avec sa console, Nintendo réussit le tour de force de sortir un appareil puissant à un prix très raisonnable (14.800 yens / 100 euros).

Cette performance, elle la doit à son PDG Hiroshi Yamauchi, qui souhaite faire des économies par-dessus tout. Il n’hésite pas à fixer à ses ingénieurs des conditions quasi-irréalisables.

En développant en interne, chose que les principaux concurrents de la firme ne faisaient pas, et en utilisant des processeurs customisés et uniques en leur genre, Nintendo a fini par réussir son pari fou. Même le choix des couleurs (rouge bordeaux au Japon) est prétexte à faire des économies.

Et le succès est immédiat sur l’archipel nippon et les jeux emblématiques s’enchainent. Comment ne pas citer Super Mario Bros, classique de l’arcade, Castlevania, Final Fantasy ou encore The Legend of Zelda…

Ce dernier a d’ailleurs la particularité d’être le premier jeu à disposer d’une pile de sauvegarde dans sa cartouche. Finis les longs mots de passe à retenir ou l’obligation de finir sa partie d’une seule traite, une véritable révolution.

Pour les jeunes (et moins jeunes) Français l’arrivée de la machine se fait désirer. Elle finit par débarquer dans l’hexagone en octobre 1987, quatre ans après la sortie japonaise.

Il faudra finalement attendre sept ans pour que Nintendo trouve en la Super Famicom (ou Super Nintendo chez nous) une remplaçante à sa Famicom. Cette dernière se sera vendue à près de 62 millions d’exemplaires de par le monde.

Pour l’anecdote, la production de la console s’est arrêtée il y a seulement dix ans, même si plus aucun jeu ne sortait dessus depuis belle lurette. Une longévité record dans l’industrie du jeu vidéo.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: Directmatin

Discussions

Laisser un commentaire