Un homme vivant à Osaka a sciemment laissé le cadavre de son père chez lui, et a vécu avec celui-ci pendant près de deux semaines sans alerter les autorités. L’homme a ensuite déclaré à la police qu’il était incapable de contacter qui que ce soit car il était « hikikomori » !

 

Mais qu’est-ce qu’un hikikomori?

Hikikomori (引き篭り) est un mot japonais désignant une pathologie psychosociale et familiale touchant principalement des adolescents ou de jeunes adultes qui vivent coupés du monde et des autres, cloîtrés chez leurs parents, le plus souvent dans leur chambre pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, en refusant toute communication, même avec leur famille, et ne sortant que pour satisfaire aux impératifs des besoins corporels, d’après les spécialistes.

Au Japon, de plus en plus de personnes seraient atteintes de cette pathologie. Un rapport du gouvernement japonais en 2010 a déclaré qu’il y avait environ 700 000 hikikomori au Japon et 1,55 million serait sur le point de devenir hikikomori . Mises en causes entre autres les pressions sociales et culturelles qui peuvent être un des éléments déclencheurs.

 

Revenons au déroulement des faits. Le 12 Décembre, la police a reçu l’appel d’un chômeur de 34 ans, vivant dans un studio du quartier Asahi à Osaka. Il aurait alors simplement déclaré : « Mon père est mort ». Les deux hommes vivaient ensemble à cause de la mauvaise santé du père.

Après enquête, la police locale a découvert le corps de Monsieur Nakao, 68 ans, couché sur un futon. Le corps du père ne montrait aucune blessure externe. Le fils s’explique :

Le 1er Décembre, à son réveil, il remarque que son père ne respire plus. «Je n’ai pas averti la police parce que je suis un hikikomori. »

Ainsi, plutôt que de communiquer avec le monde extérieur, l’homme a préféré vivre avec le corps de son père dans son studio pendant près de deux semaines. Les autorités cherchent à comprendre la cause du décès et préparent la mise en accusation du fils pour abandon de cadavre.

Inutile  de décrire l’odeur d’un cadavre surtout après 12 jours… Pourtant, l’état mental de son fils était si grave qu’il était incapable de gérer la situation normalement. Cet événement malheureux souligne l’importance de reconnaître et de traiter les hikikomori et nous espérons que ce type d’incidents ne se produiront jamais à l’avenir .

 

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité du Japon

Discussions

Laisser un commentaire