Avec un nombre croissant de magasins spécialisés surgissant dans le quartier, Ikebukuro est en train de se transformer en une terre sainte pour les femmes otaku, communément appelées « Otome ».

 

A la suite de conventions telles que le Comic Market se déroulant au Tokyo Big Sight, tandis que les hommes otaku ont l’habitude de se rendre à Akihabara, leurs homologues féminins sont attirés par Ikebukuro.

otome-ikebukuroPour Ichiho Shirahata, 24 ans et membre du groupe d’idoles « Saishu Mirai Heiki mofu », Ikebukuro offre tout ce qu’elle désire.

« Il y a des produits tirés d’animés pour les filles à ‘bukuro’ (Ikebukuro) qui sont introuvables à Akihabara ou à Shinjuku. » dit-elle.

Shirahata effectue généralement ses achats au magasin principal de la franchise Animate. Ils y proposent une grande variété d’articles liés aux mangas, de la bande dessinée aux badges à l’effigie de ses personnages préférés.

Shirahata est une grande fan du comédien de doublage de Hakkai, un personnage de la série animée « Saiyuki», et saute sur les produits dérivés dès leur sortie.

« Pour moi, Hakkai est mon yome » dit-elle, utilisant un terme otome pour désigner quelqu’un de spécial (cela signifie «mariée»). « Je prends tous les produits que je peux trouver. ».

Son acolyte Kazuki Ujo est une « fujoshi, » ce qui signifie une fille otaku fan de yaoï (manga de romances entre garçons).

« C’est la guerre lorsque les ‘fujoshi’ souhaitent acheter des ‘dōjinshi’ (mangas amateurs), dit-elle. « Nous dévalisons les rayons lorsque nous trouvons nos titres préférés. Certaines filles, vont même jusqu’à en acheter une centaine. »

 

La transformation d ‘un quartier

 

La Otome Road, cette zone bordée de boutiques pour femmes otaku, a fait son apparition au début des années 2000. A l’époque, une clientèle féminine se rendait dans le magasin principal d’Animate, qui était situé à proximité du Sunshine 60. Le magasin a élargi par la suite sa gamme de produits pour les femmes.

Il y a 2 ans, le magasin phare a déménagé dans le quartier situé à la sortie Est de la gare d’Ikebukuro. De nombreux restaurants, des salles d’arcades et des magasins spécialisés dans le yaoï ont alors fait leur apparition.

Le centre commercial Ikebukuro P’Parco (P dash Parco) qui s’est offert une cure de jouvence en Octobre dernier, met désormais la culture otaku en avant. Des boutiques de vêtements ont été remplacées par des magasins de mangas. On peut également y trouver la boutique officielle de l’anime «Evangelion».

Nico Nico Honsha, géré par le site de partage de vidéos Niconico Douga, a également déplacé ses locaux situés dans le quartier branché de Harajuku dans ce bâtiment. Ils y proposent un café, un studio de radiodiffusion et d’autres installations.

Depuis Novembre, on peut également y trouver un café sur le thème de Sailor Moon, servant des gâteaux et des boissons à l’effigie de la série.

otome-otaku-tokyo

« Les animes étant devenu populaires auprès des filles, les jeunes femmes s’identifient plus facilement comme étant otaku », indique Masumi Kurata, expert de la culture fujoshi. « Les otome venues des 4 coins du Japon ; que ce soit les fujoshi, les fans « soft » d’anime ou encore les cosplayeuses, sont attirées par Ikebukuro. »

La montée de la culture otome était jusqu’à présent passé inaperçue auprès de la ville mais en Octobre pour Halloween, un événement dédié au cosplay a été organisé à Ikebukuro. Les femmes représentaient alors près de 80 % des quelque 50 000 personnes présentes.

Le maire de l’arrondissement de Toshima, Yukio Takano, a également défilé lors de cet évenement, déguisé en personnage du manga de science-fiction « Cyborg 009 ».

otome-ikebukuro-otaku-japon

Source : Asahi

Discussions

6 Réponses

  1. Kenta Kawazoe

    Mon Harem à porté de main, enfin si j’était japonais.

    Lorsque j’irai au japon en Pvt, je me ferais une joie d’y jeter un oeil (sans me l’arracher).

    Après, il est toujours bon de partager la culture otaku avec des personnes du sexe opposé malgré les différences entre les hommes et femmes.

  2. Sentahi

    Intéressant !

    J’ignorais que ‘Otome’ devenait un terme homologues à Otaku.

    Du coup je me demande si être Otome ne veut pas dire qu’on est forcément fujoshi mais que être fujoshi veut dire qu’on est Otome?

Laisser un commentaire