Des chercheurs ont montré que le taux de mortalité chez les personnes âgées qui ont été évacuées des maisons de repos à proximité de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi avait presque triplé.

 

Le groupe de recherche de l’université de Tokyo et un hôpital géré par une municipalité ont recensé 328 personnes âgées évacuées de cinq établissements de la ville de Minamisoma.

Les établissements se trouvaient dans un rayon de 30 kilomètres de la centrale.

Ils ont découvert que 75 d’entre eux étaient décédés dans l’année de la catastrophe.

Ce chiffre est 2,8 fois plus élevé que le taux annuel moyen constaté dans ces établissements dans les cinq années qui ont précédé l’accident.

Les chercheurs estiment qu’il n’existe pas de corrélation entre le taux de mortalité et la distance que les évacués ont été contraints de parcourir.

Ils pensent plutôt que les modifications intervenues dans les soins infirmiers et l’environnement ont entraîné la détérioration de la santé des personnes évacuées.

Discussions

Laisser un commentaire