La première fois que j’ai essayé d’apprendre le japonais, rien ne voulait rester. J’avais beau apprendre de nouveaux kanji ou de la grammaire, tout s’envolait de ma tête en l’espace d’une semaine. Il m’a fallu trois mois pour comprendre de ma bulle remplie de manuels et d’apprentissage par cœur pour faire l’expérience du japonais en vrai.

Malheureusement, je vivais à proximité d’un pré à vaches en Caroline du Nord, donc je ne pouvais pas vraiment trouver de personnes à qui parler en japonais. A la place, j’ai décidé de regarder une émission de télévision appelée Gaki no Tsukai ya Arahende.

Chez moi, sur le mur de mon bureau, vous pouvez trouver le Temple de la renommée des meilleures décisions que j’ai pu faire. J’y garde une trace de mes meilleures décisions sur de fausses plaques imprimées sur du papier A4. Près du sommet du classement, juste en dessous de « J’ai décidé de ne pas aller à l’université », vous pouvez trouver « J’ai décidé de regarder la meilleure comédie de tous les temps et d’apprendre le japonais en même temps ».

Je parie que vous savez de quelle émission je parle ?

 

Qu’est-ce que Gaki no Tsukai ?

 

Downtown no Gaki no Tsukai ya Arahende!! est une comédie japonaise et une émission de variétés qui existe depuis 1989, produisant plus d’une centaine d’épisodes. L’émission a exercé une telle influence dans la comédie japonaise, au point que l’accent et le dialecte Kansai du duo principal sont le bruit officieux de la comédie dans le pays. Si vous voulez devenir un comédien japonais, vous feriez mieux d’apprendre à parler comme si vous veniez d’Osaka.

L’influence de l’émission a même traversé l’Océan Pacifique avec une partie fantastique de Gaki no Tsukai appelée Silent Library qui a été adaptée sur MTV en une vraie émission. Dans le monde virtuel, tout le monde vous dira que l’original est meilleur, mais cela ne vous empêche pas de regarder Justin Bieber sentir un durian.

 

 

Vous pouvez trouver toutes sortes de comédies dans Gaki no Tsukai : du vieux sketch « Who’s on first? », de dialogues et sketches style manzai, des émissions de jeux, des sections de cuisine, des cascades en public et les batsu games pour lesquels Gaki no Tsukai est célèbre : des scénarios diaboliques et parfois complexes dans lesquels un ou plusieurs comédiens sont punis de manière comique pour avoir perdu une compétition, un pari ou juste parce que c’est la nouvelle année.

Les Gaki de la Nouvelle Année spécial « Ne pas rire pendant 24 heures » sont des batsu games de longue durée dans lesquels les comédiens sont forcés de subir des scénarios bizarres et hilarants et sont punis de coups s’ils se mettent à rire.

Une des parties les plus célèbres de l’émission « Ne pas rire pendant 24 heures » est celle où Jimmy Onishi, un personnage récurrent, essaye de faire de son mieux pour apprendre l’anglais. L’équipe du Gaki no Tsukai est constamment sortie et battue à chaque fois que les comédiens rient.

 

Juste en regardant la vidéo, je peux vous dire que je n’en serai pas sorti vivant si j’avais été à leur place.

 

Apprendre le japonais avec Gaki no Tsukai

 

Gaki no Tsukai vaut le coup d’être regardé par toute personne intéressée par la comédie, et est particulièrement utile pour les débutants en japonais. Il existe une vaste bibliothèque de vidéos Gaki, des épisodes et des émissions spéciales qui ont été sous-titrées sur internet par des fans, ce qui permet à chacun de regarder et de s’imprégner de la langue japonaise entre deux sessions d’apprentissage.

Et grâce à l’habitude de l’émission (comme toutes les émissions japonaises en réalité) d’afficher beaucoup de mots à l’écran afin de souligner les répliques de chute, vous pouvez pratiquement faire correspondre les mots japonais avec les sous-titres anglais, ce qui m’a beaucoup aidé dans mes débuts d’apprentissage.

Et parce que Gaki no Tsukai est une émission comique physique, vous pouvez regarder sans les sous-titres sans redouter ce qu’il est susceptible de se passer. Une fois que vous aurez renforcé vos capacités linguistiques, il existe une grande et sympathique communauté de sous-titrages de fans qui peut vous aider à vous entraîner tout en sous-titrant vous-mêmes des clips et épisodes (et croyez-moi, vous ne pouvez pas faire pire que certaines traductions qui existent déjà).

Alors que vous améliorez vos capacités, il existe une progression naturelle des vidéos Gaki no Tsukai qui vont vous aider à renforcer vos acquis et vous pourriez même avoir envie de vous jeter dans le monde de la traduction.

Voici le processus étape par étape :

  1. Si vous êtes un grand débutant comme j’ai pu être, regarder l’émission avec sous-titres entre vos sessions d’apprentissage. Normalement, les répliques de chute seront écrites en gros caractères en japonais sur l’écran, pour que vous puissiez vous entrainer à lire les hiragana et katakana et tester vos kanji si des simples apparaissent. Cela est utile d’entendre les mots en japonais et d’avoir du texte japonais et des sous-titres anglais en même temps lorsque vous êtes débutant. Si vous le faites correctement, vous aurez le cerveau en ébullition après avoir visionné un ou deux épisodes. Ce qui veut dire que vous tirerez profit de votre temps de loisirs.
  2. Si vous avez un petit niveau, soyez courageux et regardez l’émission sans les sous-titres anglais. Plus particulièrement si vous avez déjà vu un épisode ou deux, rater une phrase ici et là ne nuira pas à votre joie de regarder cette émission comique culte. J’ai trouvé important de m’immerger autant que possible au fur et à mesure que mon niveau de japonais s’améliorait et c’est l’occasion idéale pour commencer.
  3. Et si vous commencez à vraiment maîtriser, Gaki no Tsukai est l’endroit idéal pour mettre les pieds dans le monde de la traduction. Il existe une énorme communauté de personnes qui regardent les vidéos Gaki no Tsukai sous-titrées sur internet, et dans une émission de 1213 épisodes, il y a toujours plus de choses à traduire.
    Soit en apprenant à sous-titrer une vidéo vous-mêmes, soit en travaillant avec un autre fan qui veut devenir un temporisateur, vous pouvez commencer à sous-titrer les vidéos Gaki no Tsukai et les publier sur internet, expérimentant ainsi toutes les joies et les peines de la traduction avant que cela devienne payant.

 

Présentation des comédiens

 

Le cœur de l’équipe de Gaki no Tsukai est composé de deux duos comiques distincts et…d’un autre type. « Downtown » est le duo le plus âgé qui a créé l’émission et y participe depuis le début. « Cocorico » est un duo qui est arrivé en 1997 et Yamasaki Hosei (qui a récemment changé son nom en Tsukitei Hosei) est le comédien solo.

 

Downtown

hamada-masatoshiHamada Masatoshi – Hamada est le tsukkomi, un concept bien connu du monde comique japonais. Dans le monde anglo-saxon de la comédie, c’est ce qu’on appelle « l’homme sérieux ». Non pas l’homme sérieux qui ne fait aucune blague à la Zeppo Marx, mais le membre le plus intelligent du duo avec Matsumoto.

Tout est basé sur l’interaction clé de la comédie japonaise que vous pouvez reconnaitre dans tout jeu vidéo, bande dessinée, manga ou film-comédie : Matsumoto est le gars drôle, donc il agit comme un idiot. Hamada est le sérieux qui crie après Matsumoto et le frappe à cause de ses idioties. Hamada joue un personnage sadique, méchant et parfois diabolique qui s’accorde parfaitement avec la nature sotte de Matsumoto.

Les blagues les plus récurrentes d’Hamada : il se retrouve toujours à porter des vêtements de femme et les autres membres du groupe saisissent toujours l’occasion de le comparer à un gorille. Il est également….un artiste médiocre.

 


matsumoto-hitoshiMatsumoto Hitoshi – Matsumoto est un aîné influent de la comédie japonaise et le boke du tsukkomi d’Hamada. Il est plus grand que Hamada, il est chauve et bien qu’il ait le même tempérament, il n’a pas de fond méchant.

Il est le type drôle et le peu de fois où la comédie n’est pas physique, il a tendance à mettre en place les répliques de chute. Récemment, Matsumoto a commencé une carrière de réalisateur et scénariste, avec deux films sortis seulement au Japon : Big Man Japan et R100.

 

 

Cocorico

tanaka-naokiTanaka Naoki – Cocorico (parfois écrit « Coq au rico ») est un duo plus jeune. Bien que leurs personnages dans Gaki no Tsukai ne soient pas aussi étoffés que ceux de Downtown, ils jouent quand même des rôles importants dans l’émission.

Tanaka est le boke et il est grand, mince. Il est un type au grand cœur qui est peut être connu pour se jeter immédiatement au sol à chaque qu’il est surpris, même à distance.

 

 

endo-shozoEndo Shozo  – Endo est le tsukkomi, mais malgré le faut qu’il soit le membre le plus sérieux du duo, la plupart de ses blagues récurrentes dans Gaki no Tsukai le font passer pour une sorte d’idiot tête en l’air.

Parfois l’équipe veut lui faire lire un texte remplis de kanji obscurs juste pour le regarder essayer de les lire et les comprendre.

Il est aussi puni dans l’émission pour sa vie privée semi-scandaleuse et son ex-femme (la chanteuse Chiaki) apparait souvent dans l’émission, histoire de créer des situations embarrassantes pour lui.

 

 

Un autre type appelé Hosei

 

hoseiYamasaki ou Tsukitei Hosei – Yamasaki a récemment changé son nom en Tsukitei juste pour rendre les choses difficile pour toute personne essayant d’écrire un brin d’introduction pour Gaki no Tsukai mais plus important, il est l’outsider joufflu du groupe. Ses répliques de chute ne semblent jamais réussir, il semble subir plus d’abus physique que les autres, mais il fait visiblement de son mieux pour être à la hauteur des standards comiques des autres membres.

Yamasaki n’est pas vraiment un comédien raté absolu, mais il joue dans une émission télévisée où son personnage est censé être mauvais dans son jeu d’acteur. Depuis les sept dernières années des émissions Gaki no Tsukai spéciales Nouvelle Année, des malheureux malentendus, mélanges ou autres ont amené Yamasaki à se faire gifler par le lutteur professionnel Masahiro Chono, ou l’un des gags les plus récurrents de l’émission consiste à voir Yamasaki essayer désespérément de s’échapper de sa punition.

 

 

A votre tour de regarder !!!

 

Maintenant vous devriez être prêts à plonger dans la centaine de vidéos de Gaki no Tsukai sur internet et commencer à aimer la comédie japonaise. Et si vous êtes comme moi, vous passerez à Lincoln, Million Kazoku, et ainsi de suite, à la recherche de la prochaine comédie addictive jusqu’à entrer désespérément dans un autre magasin de DVD, cherchant une scène rakugo que vous n’avez jamais vue auparavant tout en sachant que vous ne la trouverez pas. Vous vivrez dans un batsu game de votre propre imagination et il n’y aura aucun moyen de s’en échapper.

Avant que ça ne vous arrive, j’aimerai vous donner une liste de mes vidéos préférées de Gaki no Tsukai à regarder.

Matsumoto’s Pie Hell”  (L’enfer des tartes de Matsumoto) est l’un de mes moments préférés de l’émission. Après avoir perdu un pari, Hamada et le reste de l’équipe font subir à Matsumoto une journée entière ponctuée d’attaques de tartes. Matsumoto doit faire tout ce que le narrateur lui dit de faire et faire comme si c’était une journée normale, sans devoir réagir aux barrages de tartes.

 

La vidéo des “5 Rangers” est un ancien sketch des Gaki no Tsukai à propos d’un Super Sentai ou d’une équipe de Power Rangers qui n’arrive pas à coordonner leurs tenues de la journée. C’est une simple introduction qui a peut être donné naissance à près d’une douzaine de séquences de l’émission mais cela me fait rire à chaque fois. Ce sketch date d’avant l’arrivée de Cocorico et Yamasaki mais vous devriez commencer par l’original avant d’avancer de 10 ou 20 ans.

 

Les séries “Kiki” font partie de mes séquences préférées de l’émission, dans lesquelles l’équipe goûte quelque chose les yeux bandés, puis doit choisir le produit correspondant sur une table avec plusieurs marques du même produit. On peut les voir essayer du curry, de la soupe miso instantanée et même des cigarettes et de la bière. Pour commencer vous devriez regarder le premier « Kiki » avec le café en canette.

 

Gaki no Tsukai a une autre fantastique section culinaire appelée « Absolutely Tasty » (Absolument délicieux) dans laquelle l’équipe cuisine, euh, des recettes inventives selon un thème commun puis les goûtent ensemble. Les recettes finales peuvent varier de délicieuses recettes qu’on a envie de tester à la maison à des créations horribles et immangeables.

 

Avant que Gaki ne fasse ses émissions annuelles « Ne pas rire pendant 24 heures », ils avaient un challenge complètement différent : A 24 hour game of tag. Alors que l’équipe essaye de dormir, des hommes faisaient irruption dans la pièce de temps à autre pour les pourchasser et quiconque se faisant attraper recevait une sorte de punition (prise de catch, coup de bâton…)

 

Je ne pouvais pas conclure sans parler de ce que je pourrai appeler poliment « The Butt Game » (le jeu du derrière). Cela donnait un aperçu des émissions et sites internet « bizarres 100% Japon » et vous verrez vite pourquoi. Matsumoto et Yamasaki font équipe pour répondre à des séries de questions. S’ils donnaient une mauvaise réponse, les derrières des producteurs (nus aux trois quarts) se rapprochaient de plus en plus de leurs visages. Un des plus grands classiques.

 

Je ne peux pas traiter ici de toutes les vidéos de Gaki no Tsukai pour vous montrer la profondeur et la largeur de l’humour Gaki mais c’est déjà un début. Donc maintenant faites ce que j’ai fait il y a plusieurs années : prenez une chaise, un ordinateur portable pour regarder l’émission, peut-être des écouteurs pour ne pas déranger votre entourage, un deuxième ordinateur portable avec www.jisho.org ouvert dessus, un paquet de pop-corn, de quoi vous essuyez les mains pour toucher votre clavier et savourez Gaki no Tsukai ya Arahende. Et peut-être que vous apprendrez quelque chose tout en regardant l’émission.

 

Retrouvez plusieurs vidéos de gakki no tsukai traduites sur http://www.dailymotion.com/user/Team-GNK-FR/1

 

 

Source : Nathaniel Edwards – www.tofugu.com || Image : kakashi-no-ai

Discussions

4 Réponses

  1. Kiguchi

    Aaaah ! Je suis content de voir cet article !

    Personnellement le vocabulaire j’ai beaucoup appris dans les animés, mais pour les kanjis et la lecture c’est vrai que les émissions japonaises m’ont beaucoup aidé, j’en regarde tous les jours donc forcément ça rentre ! xD

    Cette émission est géniale, je regarde chaque semaine, parfois c’est moins drôle mais bon ^^. Les meilleurs sont bien sûr ceux du nouvel an, Zettai Waratte Ikenai !
    Réussir à faire une émission aussi longue, vraiment chapeau ! En plus quand on comprend le japonais on ris + qu’en lisant les sous-titres parce qu’on comprend les choses différemment selon la manière dont cela est dit et … J’ai du mal à expliquer ça mais on comprend vraiment le « sens » xD.

    Je conseille aussi 月曜から夜ふかし pour ceux qui regardent les émissions jap et qui comprennent, c’est vraiment une chouette émission où on apprends énormément sur le Japon !

  2. Jimmy Mainguy

    merci de laisser un article sur ces grands talent de l’humour japonais ! je les ais découvert il y a 5 ans et le suis toujours bien-sûr. C’est grâçe à eux, sans fausse modestie (=-_^) en parti que j’ai approfondi mon sujet sur le japon et en suis devenu, n’ayons pas peur des mots, amoureux . merci !!!

Laisser un commentaire