Nikko ? Jamais entendu parler

 

Sachez qu’avant d’écumer les guides du routard japonais j’étais comme vous, et croyez moi, il n’y a aucune honte à avoir mais il est temps d’y remédier. Voyons d’abord ce que Nikko n’est pas :

nikko_n_est_pas

Nikko est une petite ville située dans la montagne au nord de Tokyo, et non seulement elle vaut le détour, mais elle vous le rendra bien.

 

 

Me faire gagner du temps ?

 

Imaginez : vous pouvez enfin réaliser votre rêve de visiter le Japon, constater par vous-même à quel point l’ultra moderne se marie avec le traditionnel.

Au détour d’une rue parsemée de magasins high-tech vous découvrez un ancien temple et vous en approchez doucement, le cœur battant de plus en plus fort dans votre poitrine de vil amoureux du Japon.

C’est le coup de foudre au premier regard, il vous faut en voir chaque recoin, renifler chaque planche, bruler un encens, taper dans vos mains, essayer de déchiffrer le moindre idéogramme, jusqu’à ce que votre soif de culture soit épanchée.

Vous repartez alors à l’assaut du quartier, flânez de boutique en restaurant, j.. oh attendez, un autre temple là bas, ça alors, « doki doki DOKI DOKI » (ndt « baboum, BABOUM »), etc… seulement, voilà, vous n’êtes là que pour deux semaines, d’ailleurs la semaine prochaine vous serez à Kyoto, qui ne compte pas moins de … 1 600 temples.

Alors comment faire ? Votre liste des choses à découvrir est haute comme une torii et vous ne pouvez pas avancer car tous ces temples interceptent systématiquement votre intérêt comme un vulgaire ballon de dodgeball.

LA solution : une petite escapade à Nikko.

 

Domaine d’anciens fanatiques qui semblent avoir considéré le temple comme un sport extrême, ce lieu va vous bombarder les mirettes, à tel point que vous serez blasé/rassasié pour le reste du voyage.

Pour vous donner une petite idée :

plan de Nikko

Ce plan comme les photos rendent difficilement compte de l’état proche de la saturation visuo-neuronale dans lequel plonge cet endroit. Plein la vue, au bas mot. Après ça, les petits temples de quartier ne vous feront même plus sourciller, vous pourrez enfin vous concentrer sur votre liste.

A ce propos, en revenant de votre journée, car oui une journée suffit pour faire la visite + l’aller-retour en train depuis Tokyo vous aurez déjà bien avancé :
– Promenade en montagne : check

– Découvrir que même en ces lieux isolés les to(to)ilettes sont ultra modernes, immaculées et chauffantes : check

– Pagode géante : check

pagode-nikko

– Bouddha géant couvert de feuilles d’or : check

Statue of buddhist goddess. Nikko, Japan

– Tablettes à prières : check

tablettes-prieres-japon

– torii gargantuesque (ou plutôt « kyojin »esque): check

200_0122
Cascade : check

cascade-kegon-nikko
– Manger un ramen dans un restaurant traditionnel : check (je vous y prends, bande de narutos)
200_0213

– Rester schotché devant un lampadaire éteint : check
200_0265

– et de nombreuses surprises que je ne voudrais surtout pas gâcher…

Une petite galerie pour les assoiffés d’images :


Et si votre truc, c’est plutôt les Torii, attendez d’être à Kyoto puis prenez le train pour Inari et visitez le Fushimi Inari-taisha.

 

Photos  : Ramazdoil

Cristina Negoita / Shutterstock.com

Discussions

Une réponse

  1. ethan
    ethan

    J’y suis allé l’été dernier et j’ai également apprécié 🙂

    Petite anecdote: juste au moment où mon frère et moi sortions de la gare et arrivions au pont qui traverse la rivière qui sépare la ville des temples, il s’est mis à pleuvoir! Et alors qu’on attendait que la pluie cesse devant la cabane du gardien du pont, ce même monsieur est sorti et nous a offert deux parapluies, comme ça 🙂

Laisser un commentaire