Le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida souhaite faire son possible pour expliquer à la communauté internationale la vision de l’histoire défendue par son gouvernement.

 

M. Kishida s’est exprimé ce mardi devant la presse, en réponse à l’article publié en avril par le Washington Post, concernant les difficultés présumées du premier ministre Shinzo Abe, face à l’histoire.

Selon cet éditorial, M. Abe a peu de chance d’apaiser les craintes des pays voisins lorsqu’il semble cultiver la nostalgie de l’empire nippon d’avant-guerre.

M. Kishida a déclaré que le Japon avait occasionné bien des dommages et des souffrances à de nombreux pays, notamment aux peuples d’Asie.

Il a précisé que son gouvernement avait accepté les faits historiques avec humilité et présenté des excuses, des remords et des condoléances à toutes les victimes de la Seconde Guerre mondiale, tant au Japon qu’à l’étranger.

Selon Fumio Kishida, Shinzo Abe partage ce point de vue et Tokyo tient Séoul et Pékin pour d’importants partenaires. « Le Japon compte renforcer les liens qui unissent nos pays, tout en contribuant à la paix et à la prospérité de la région », a-t-il indiqué.

Discussions

Laisser un commentaire