Selon des estimations du gouvernement révélées le 23 Juin, les personnes évacuées des zones les plus affectées et proches de la centrale n°1 de Fukushima pourront retourner chez eux d’ici 2021, après un travail de décontamination suffisant pour réduire les radiations.

 

L’équipe du Bureau du Conseil des Ministres, chargée de porter assistance aux vies des victimes de la catastrophe nucléaire; a estimé que les efforts de décontamination ainsi que la décontamination « produite naturellement » diminueront la dose annuelle de radiation entre 54 et 76% dans les zones « dangereuses », autour de la centrale.

Les chiffres furent présentés à des dirigeants locaux du gouvernement pendant un meeting à la capitale de la préfecture de Fukushima. Il était dirigé par l’équipe industrielle du ministère qui promeut la reconstruction des aires côtières de la préfecture de Fukushima.

Le gouvernement prévoit d’utiliser ces récentes estimations pour rassurer les sinistrés et pour retirer les forces d’évacuation aussi tôt que possible.

Cependant, Jin Kowata, directeur du district administratif n°1 de Nogami, dans la ville d’Okuma; soulève des doutes sur les estimations du Bureau du Conseil des Ministres.

« Les résultats sont bien trop optimistes » a-t-il déclaré. « Je veux (parlant du gouvernement central) que des estimations plus pointues soient faites pour le futur au lieu d’en faire pour les dix ans de la catastrophe. »

Tous les résidents d’Okuma ont été forcés d’évacuer après que le grand tremblement de terre du Japon et le tsunami eurent causé une triple fusion de la centrale en Mars 2011.

L’équipe du conseil des Ministres s’est basé sur les résultats du modèle du programme de décontamination établi l’an dernier dans les zones concernés. La décontamination naturelle, basée sur la demi-vie des substances radioactives et de l’impact sur la pluie, le vent et autres éléments naturels; a également été prise en compte.

Les estimations sont également faites sur l’hypothèse que l’exposition personnelle aux radiations garde environ 70% de la dose d’air ambiant.

Actuellement, le gouvernement central prévoit d’autoriser les personnes évacuées à retourner chez elles lorsque les doses annuelles de radiation seront descendues à 20 millisieverts voir moins.

Selon les estimations faites par l’équipe concernant les zones où 100 millisieverts par année ont été détectées en Novembre, les adultes vivant dans des maisons en bois et restant à l’extérieur environ 6 heures et demi par jour seront exposés à 12 voire 6 millisieverts en 2021 si le travail de décontamination est encore effectué.

Et même sans ces travaux de décontamination, les radiations concernant ces personnes devraient descendre à 24 millisieverts d’ici 2021.

Les estimations concernant la radioactivité sur les enfants n’ont pas été effectuées.

Cependant, nous ne savons pas si les efforts de décontamination vont continuer de produire les résultats notables qu’ils sont en train d’atteindre : les facteurs géographiques pourraient également interagir de façon négative sur les résultats des programmes de décontamination.

 

Source : asahi.com

Discussions

Laisser un commentaire