A la centrale endommagée Fukushima Dai-ichi, les travailleurs ont relâché de l’eau du sous-sol vers l’océan Pacifique. Cette opération fait partie de ce qu’on appelle le « plan de contournement ».

 

Ce plan fait partie de la stratégie de Tepco, la compagnie d’électricité de Tokyo, visant à réduire l’accumulation d’eau contaminée sur le site de la centrale.

Il prévoit de pomper l’eau du sous-sol, avant qu’elle n’atteigne les bâtiments des réacteurs et des turbines endommagés, où elle devient fortement contaminée.

L’eau pompée est entreposée dans des réservoirs et son niveau de radiation est examiné. La dernière étape du plan consiste à laisser s’écouler l’eau dans le Pacifique, si les niveaux de radioactivité sont inférieurs aux normes de sécurité.

Des représentants du gouvernement et de Tepco annoncent avoir rejeté une partie de l’eau ce mercredi matin. Ils précisent que les niveaux de radioactivité sont inférieurs aux objectifs de sécurité définis par Tecpo, des valeurs plus strictes que celles du gouvernement.

Quelque 560 tonnes d’eau ont été rejetées dans l’océan Pacifique par une canalisation, située au sud du port de la centrale nucléaire.

 

Le gouvernement japonais se félicite

 

Le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, s’est réjoui du début du rejet en mer d’eau souterraine sur le site de la centrale Fukushima Dai-ichi.

Selon M. Suga, les efforts consentis pour gérer l’accumulation de grandes quantités d’eau contaminée permettent désormais de se concentrer sur le règlement d’autres problèmes.

Le ministère de l’Industrie surveillera strictement ces travaux pour garantir que jamais les niveaux de radioactivité de l’eau ne dépassent les normes de sécurité, a précisé M. Suga.

 

Source: NHK

Discussions

3 Réponses

  1. caligula63

     » Le ministère de l’Industrie surveillera strictement ces travaux pour garantir que jamais les niveaux de radioactivité de l’eau ne dépassent les normes de sécurité… »

    Pour un peu, on y croirait…
    Le mensonge comme langue politique internationale.
    Un peu comme si Valls nous promettait une baisse d’impots…
    Damned! Il l’a fait!

  2. Hajime

    Qu’on accuse le gouvernement japonais d’être langue de bois, pourquoi pas,c’est même un fait, mais pas pour n’importe quelle occasion tout de même…en l’occurrence, ils n’auraient aucun intérêt à ne pas honorer cette promesse.
    Surveiller le niveau de radioactivité de l’eau n’a rien d’insurmontable, surtout au vu des moyens déployés à Fukushima, et ne pas le faire aurait des conséquences dramatiques sur la cote de Shinzo Abe, qui mise beaucoup sur sa popularité.

    • caligula63

      Même si, par un miracle quelconque, les trois unités de retraitement de l’eau fonctionnaient à plein régime, elles seraient dans l’incapacité de retraiter les 300T d’eau contaminées produites chaque jours. Sans même parler des milliers de tonnes stockées dans des cuves plus ou moins étanches.

      Les fuites constatées qui se déversent inopinément dans le Pacifique arrangent tout le monde, à commencer par TEPCO. Rien que le retraitement de l’eau leur coûte un bras. Et je vois mal le gouvernement refuser cet état de fait. Eux non plus n’en ont pas les moyens.

      Fukushima et la zone de contamination officielle sont une immense fumisterie. L’accident est pire que celui de Tchernobyl, mais curieusement ses effets sont moindres…

      Pour Shinzo Abe, il est très fort pour détourner l’attention de ses concitoyens de la centrale dévastée. Le sentiment nationaliste en est un exemple. Mais le changement de la constitution afin de pouvoir se doter d’une armée digne de ce nom (d’après ses critères) en ait une autre. Et celle-là fonctionne très bien. N’oublions pas le bras de fer avec Pékin sur les iles Diaoyu.

      Certains silences sont plus révélateurs qu’un grand discours.

Laisser un commentaire