La Seleçao a parfaitement géré son entrée en matière contre le Japon (3-0), lors du match d’ouverture de la Coupe des Confédérations. Sans briller, le Brésil a su faire la différence dans les moments importants et prend donc la tête de son groupe. Neymar (3e), Paulinho (48e) et Jo (90+3) sont les buteurs de la rencontre.

 

Le Brésil est parfaitement entré dans « sa » Coupe des Confédérations. Contre le Japon, les Brésiliens n’ont pas été géniaux, mais ont démontré qu’ils savaient faire la différence dans les moments importants.

La Seleçao a marqué au début de chaque période et à clôt le score dans les arrêts de jeu de la rencontre. C’est le signe que cette équipe a parfaitement maîtrisé son sujet.

Les hommes d’Alberto Zaccheroni sont loin d’avoir démérité et ont même mis à plusieurs reprises Julio Cesar à contribution. Mais les Japonais manquent encore de talent pour pouvoir venir à bout d’une grosse cylindrée mondiale comme le Brésil.

Et c’est Neymar qui a fait parler la poudre le premier. Alors que ses dernières prestations, en club comme en sélection, avait laissé les médias auriverdes perplexes, le nouveau joueur du FC Barcelone a répondu de la meilleure des façons en marquant d’une superbe reprise de volée, sur une déviation de la poitrine de Fred (3e).

L’ancien joueur de Santos n’a ensuite pas cherché à briller individuellement et s’est parfaitement fondu dans le collectif de Luiz Felipe Scolari. De bon augure pour la suite de la compétition. En première période, seul Honda sur coup franc (6e), puis sur une reprise de volée (9e) qui s’est envolé dans le ciel de Brasilia, est réellement parvenu à apporter le danger.

Les joueurs nippons vont ensuite prendre un grand coup derrière la tête, à l’entame de la deuxième période. Sur un centre de Dani Alves, Paulinho a le temps de contrôler le ballon dans la surface de réparation et d’enchaîner avec une demi-volée qui finit sa course au fond des filets (48e).

Avec deux buts d’écarts, le match est plié et les locaux se contentent de gérer leur avantage. Même l’entrée de Lucas Mouraà la place de Neymar n’apportera pas le brin de folie que les spectateurs de l’Estádio Nacional auraient aimé voir. Jo, qui a remplacé Fred en fin de match, corsera cependant l’addition (90+3).

Mais malgré sa large victoire, le Brésil n’a pas donné l’impression d’avoir forcé. De quoi espérer beaucoup pour la suite de la compétition.

 

 

 

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: topmercato.com

Discussions

Laisser un commentaire