Le maire d’Ishigaki, une île de la préfecture d’Okinawa, la plus au sud du Japon, et le maire d’une ville de Taïwan ont affirmé leur volonté d’approfondir leurs échanges pour éliminer les troubles dans le secteur de la pêche.

Un accord en ce sens est intervenu au cours d’entretiens lundi à Suao, une ville du comté de Yilan à Taïwan. Yoshitaka Nakayama, le maire d’Ishigaki et sa délégation comprenant des représentants de la coopérative locale de pêcheurs, se sont entretenus avec le maire de Suao et des délégués d’une coopérative similaire de Taïwan.

En septembre, des bateaux de pêche de Suao avaient pénétré dans les eaux japonaises au large des îles Senkaku, afin de protester contre la nationalisation d’une partie d’entre elles par le gouvernement japonais. Rappelons que les Senkaku sont contrôlées par le Japon, mais revendiquées également par la Chine et Taïwan.

Lors des entretiens de lundi, le maire d’Ishigaki a indiqué que les deux communautés sont à même de résoudre divers dossiers, une allusion apparente au contentieux à propos des Senkaku.

De son côté, Lin Teng-huang, le maire de Suao, a exprimé l’espoir de trouver un moyen mutuellement profitable de résoudre les problèmes, liés à la pêche dans les régions proches des îles Senkaku.

Discussions

Laisser un commentaire