Après le passage à tabac mortel d’un homme dans une boîte de nuit de Roppongi en Septembre dernier, six hommes ont été reconnus coupables de complicité, et ont écopé de peines avec sursis par le tribunal du district de Tokyo.

 

En tout, 15 hommes ont été arrêtés pour avoir agit sous la direction de Taichi Ishimoto. Selon la police, Ishimoto, 31 ans, est l’ancien chef du Kanto Rengo, un gang de motards basé dans la région de Kanto, qui a depuis été dissout pour ses liens présumés avec les Yakuzas.

Selon Fuji TV, les six hommes reconnus coupables vendredi, étaient chargés de préparer des battes de baseball et autres armes contondantes qui ont servis à l’assassinat du propriétaire du bar de 31 ans.

D’après la police, les armes contondantes aurait été utilisées afin d’éviter les peines plus sévères encourues pour l’utilisation d’armes à feu.

Le Code pénal japonais permet des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans ou d’une amende de jusqu’à 300.000 yens pour toute personne reconnue coupable d’assembler des armes dans le but de nuire à un individu.

La victime, Ryosuke Fujimoto, aurait été tuée par erreur, après avoir été confondue avec un autre homme du club.

 

Revenons sur les faits :

 

Dix hommes portants des masques de ski entrent dans le club à environ 03h40.

Ils brandissent des barres de fer sur Fujimoto qui buvait avec des amis. L’attaque dure environ 1-2 minutes, puis le gang quitte immédiatement le bar et s’enfuit dans deux véhicules.

Les caméras de surveillance ont filmé l’arrivée, et la fuite des véhicules après l’attaque.

Le tribunal de district de Tokyo indique que même si les actes de violence n’ont pas été commis directement par les six hommes interpellés, ils sont tenus responsables de la préparation des armes du crime. Les hommes ont reçu des peines avec sursis d’un an et demi de prison.

Le procès du leader Ishimoto, et des membres du gang qui ont mené l’attaque, n’a pas encore commencé.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Discussions

2 Réponses

Laisser un commentaire