Le ministre japonais de la Défense a déclaré mercredi être profondément inquiet des accusations de viol contre une jeune femme par deux soldats américains sur l’île japonaise d?Okinawa (sud-ouest). Il a enjoint les Etats-Unis à prendre des mesures pour éviter ce type d’agressions.

« C’est un crime très grave », a déclaré aux journalistes le ministre japonais de la Défense, Satoshi Morimoto, ajoutant que l’affaire faisait suite à d’autres cas d’agressions sexuelles commises en août dernier. Il a également exprimé le souhait de discuter de cette affaire avec le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta.

La police d’Okinawa a arrêté mardi deux soldats américains du corps des Marines, un matelot première classe et un second maître de la base navale aérienne de Fort Worth au Texas. Selon les médias japonais, les deux soldats, tous deux âgés de 23 ans, ont bu de l’alcool avant d’agresser une femme d’une vingtaine d’années alors qu’elle rejoignait son domicile à l’aube, mardi.

Les deux hommes ont été placés en détention provisoire dans un commissariat japonais, selon le porte-parole de la préfecture d’Okinawa, Takashi Shirado.

Mardi soir, la police a saisi le procureur qui devrait décider de poursuites judiciaires.

Ces arrestations ont immédiatement suscité une vague de colère sur l’île japonaise, sur laquelle sont basés plus de la moitié des 47.000 soldats américains présents au Japon. De nombreuses manifestations ont récemment eu lieu contre la venue de nouveaux appareils américains sur l’île, comme l’aéronef MV-22 Osprey.

« Le gouvernement des Etats-Unis est extrêmement inquiet des allégations récentes de mauvaise conduite de la part de deux membres de l’armée américaine », a déclaré l’ambassadeur américain John Roos, qui a promis la pleine coopération des Etats-Unis dans l’enquête.

« Cette affaire pourrait porter atteinte à l’alliance entre les Etats-Unis et le Japon, en matière de Défense, à moins que des mesures spectaculaires ne soient prises », a déclaré le gouverneur d’Okinawa, Kazuhiro Nakaima. « Nous voulons que le gouvernement et son armée prennent des mesures plus bien plus sévères qu’une simple sanction disciplinaire ou autre clémence de la sorte », a-t-il ajouté.

 

Discussions

Laisser un commentaire