La question de la maladie Itai-itai, l’une des quatre grandes maladies liées à la pollution au Japon, a été résolue mardi dernier alors que l’entreprise responsable de la pollution et un groupe de victimes ont approuvé des indemnisations.

 

Mitsui Mining & Smelting Co., l’entreprise responsable de la pollution ayant provoqué cette maladie dans les zones se trouvant le long de la rivière Jinzugawa dans la préfecture de Toyama, paiera des indemnisations pour les personnes souffrant de cadmium néphropathie, une maladie du rein.

Le cadmium néphropathie est considéré comme l’étape précédant la maladie Itai-itai, ou la maladie « ça fait mal, ça fait mal ». Cependant, les victimes en souffrant ne sont pas reconnues par le gouvernement comme étant des victimes de maladie liée à la pollution.

Sadao Senda, le président de Mitsui Mining et Kunihiro Takagi, le directeur de l’organisation des victimes, ont signé cet accord dans la ville de Toyama, le gouverneur Takakazu Ishii en ayant été témoin.

En raison de l’échec des tubules rénaux, les patients souffrent de néphropathie, une fragilité des os due à une perte de calcium dans l’urine.

Les gens atteints de la maladie Itai-itai ont été touchés à cause d’une consommation d’eau et de riz contaminés par le cadmium dans la rivière Jinzugawa, cadmium qui provient de la mine Kamioka dans la préfecture de Gifu.

 

 

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité du Japon

Discussions

Laisser un commentaire