Les hommes d’affaires japonais, avec leurs costumes ternes et leurs cheveux plaquée sur le côté ont toujours été la cible de plaisanteries. Les jeunes générations les appellent ossan et se moquent de leur obéissance aveugle et de leur manque d’indépendance.

 

Mais le photographe Aoyama Yuki a décidé de changer cela. Sa dernière série de photos met en avant des hommes d’affaires japonais sautant de joie à côté de leurs filles, figées dans l’inconfort universelle des adolescentes dont le père essaye d’être cool.

« Les salarymen sont des « créatures » très courantes dans mon pays, qui ne semblent pas avoir de personnalité propre, en raison des couleurs de leurs costumes identiques», indique avec ironie, Aoyama.
« Je souhaitais faire ressortir leur individualité enfouie en les faisant sauter. »

Ces photos font partie d’un recueil nommé SOLARYMAN et leur fille ! (jeu de mot entre sora, le ciel, et salaryman) sorti durant le mois de mars 2015.

« Aucune des filles n’a été invitée à poser. » indique Aoyama. « Les pères ont cependant pu sauter de la manière qu’ils souhaitaient. »

« Je pense que cela représente une relation idéale entre un père et sa fille, » dit-il. « Quand un père saute en face de sa propre fille, ce qui ne se produit si souvent, celui-ci fait de son mieux. »

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

Images : yukiao.jp

Discussions

3 Réponses

  1. Chiryo

    Je trouve ça assez drôle et unique des les voir sauter, surtout que la manière dont ils le font doit bien correspondre à la liaison qui les unit à leur filles. 🙂

    Cela dit il y a une raison particulière au fait que ce ne soit que des salarymen et non des « salarywomen » et leurs filles et non leurs fils?

    Après je me doute que cette image du salarymen correspond plutôt à un homme dans la culture japonaise.

Laisser un commentaire