Les grandes entreprises japonaises sont de plus en plus nombreuses à proposer des contrats à durée indéterminée aux ressortissants étrangers.

 

Lawson, la franchise d’épiceries japonaises en fait partie. Cette entreprise à ainsi attribuer 10 à 30 % de l’ensemble des postes à responsabilités à des ressortissants étrangers au cours des dernières années.

Les grands fabricants, tels que Fujitsu et Hitachi, ne sont pas en reste. Les ressortissants étrangers représentent environ 10% des nouveaux diplômés qui travailleront pour eux dès le mois d’avril prochain.

Ce genre d’embauches étaient jusqu’à récemment l’apanage des petites et moyennes entreprises touchées par une pénurie de main-d’œuvre.

Mais de plus en plus de grandes entreprises cherchent à diversifier leur main d’œuvre, invoquant la nécessité de mieux gérer leur expansion outre-mer ou de profiter de l’essor du tourisme au Japon.

Cependant les employés étrangers peuvent être rebutés par le système de management à la japonaise.
Pour lutter contre cela, les entreprises cherchent des moyens de renforcer les avantages sociaux, les formations professionnelles et de modifier les horaires de travail ainsi que le système de rémunération.

Lawson, qui espère développer sa marque sur les marchés d’outre-mer, a recruté 16 ressortissants le mois dernier qui rejoindront les 28 autres personnes recrutées en avril de l’année dernière. Un nombre qui devrait grossir en 2017.
Parmi les 500 diplômés, que Fujitsu va embaucher en 2017, environ 50 sont des ressortissants étrangers.

Le fabricant de cosmétique Shiseido a également recruter 8 employés étrangers durant la session de recrutement de 2016 et à l’intention d’en employer d’avantage l’année prochaine.

Des chiffres qui peuvent paraitre encore faibles mais qui annoncent une réelle évolution.

Bon nombre des employés non-japonais sont embauchés après avoir effectué un échange dans une université japonaise, où les étudiants locaux commencent généralement le processus de recherche d’emploi durant leur avant-dernière année d’études.

étudiants-japonais-emploi-travail-japon

Des étudiants attendent l’ouverture d’un forum de l’emploi

Alors que Lawson a déclaré que son processus d’embauche est le même quelle que soit la nationalité, d’autres entreprises telles que Hitachi organisent des séminaires d’emploi à l’étranger afin d’attirer les talents.

Fujitsu préfère se rapprocher des étudiants spécialisés en sciences directement dans les universités étrangères, tout en proposant des stages aux étudiants étrangers vivant au Japon.

Ces entreprises reconnaissent des difficultés particulières lors de l’embauche de ressortissants étrangers, telles que la gestion des attentes de carrière ou le fait d’avoir à parrainer les visas des employés.

Certaines essayent de faciliter l’intégration des étrangers en traduisant la signalisation dans les bureaux et en organisant des réunions en anglais.

Selon le ministère du Travail, on comptait environ 910 000 ressortissants étrangers employés au Japon en Octobre dernier, soit une hausse d’environ 15% par rapport à l’année précédente. Un nombre qui inclut également les employés à temps partiel.

Source : Japan Today

Discussions

6 Réponses

  1. Japan World

    Sujet intéressant. Après le fait de faire en sorte de traduire la signalisation et et organiser des réunions en anglais, je ne comprends pas. Après ce n’est que mon avis mais si on souhaite travailler au Japon on en apprend au moins la langue.

Laisser un commentaire