Des parlementaires ont présenté une résolution d’urgence le 18 décembre appelant à la création immédiate d’un « Centre National sur les mangas, les animés et les jeux vidéo » afin de promouvoir la culture japonaise.

 

Afin de remettre sur table ce projet abandonné en 2009, un groupe de députés, dirigé par Keiji Furuya du Parti libéral démocrate, a déclaré que le « Centre National du manga » devrait être construit d’ici le printemps 2020, à temps pour accueillir les nombreux étrangers qui visiteront le Japon lors des Jeux olympiques de Tokyo.

La résolution soumise au président de la Chambre basse, Tadamori Oshima, et au Secrétaire général du Cabinet, Yoshihide Suga, stipule que les mangas et les animes sont déjà devenus « une culture populaire au Japon »

Le texte indique également que « Le centre permettra d’améliorer la position de la culture pop japonaise sur les marchés internationaux et de contribuer à la promotion du tourisme japonais ».

Le groupe de députés a estimé que le coût du Centre National du Manga serait de 9 à 12 milliards de yens (de 68,3 à 91,1 millions d’euros), et serait financé par un fond privé. Il deviendrait une branche de la Bibliothèque Nationale de la Diète.

Ce centre permettrait la préservation d’oeuvres originales ainsi que d’autres objets liés aux mangas, aux animes et aux jeux vidéo, tout en encourageant les futurs artistes.

Le groupe souhaite également travailler avec le Musée international du Manga à Kyoto, ainsi qu’aider à la mise en place du projet de création de la « Bibliothèque Internationale du manga de Tokyo », lancé par la ville de Kyoto, l’Université de Seika et l’Université Meiji.

manga-anime-bibliotheque-tokyo-japon

L’université Meiji recueille des œuvres, en préparation de l’ouverture de la Bibliothèque Internationale du manga de Tokyo

Le Vice-Premier ministre Taro Aso, qui a supervisé le projet au cours de son mandat de Premier ministre et le ministre de l’éducation Hiroshi Hase conseilleront le groupe.

L’administration Aso avait mis de côté 11,7 milliards de yens (88,9 millions d’euros) dans le budget annuel en 2009 afin de créer un nouveau « Centre national des arts médiatiques» » mais le projet fut abandonné lorsque Yukio Hatoyama, prit le pouvoir en Septembre de même année

Le groupe de députés soutenant la création du « Centre National du manga » s’est formé en Novembre 2015,  après la victoire aux élections du Parti libéral démocrate. Cette résolution fait suite aux nombreuses demandes d’artistes travaillant de l’univers du manga et des animes.

 

Source : Asahi Shimbun

Discussions

49 Réponses

  1. Wirna Lux

    Oh superbe idée ! C’est vraiment agréable qu’ils remettent au premier plan ce projet. Malgré que ça a un coup, un Centre National serait vraiment une magnifique vitrine de la culture japonaise ! Même si mon voyage au Japon n’est pas pour tout de suite, j’aimerai le visité quand il sera fini !

Laisser un commentaire