Le musée des Beaux-Arts se prépare à aller exposer ses trésors au Japon. Premier pas d’une relation entre Reims et la ville de Nagoya qui pourrait se développer.

 

Des touristes pas tout à fait comme les autres ont visité la ville de Reims ce week-end. Arrivée de Nagoya, troisième ville nippone par sa superficie, une délégation japonaise est venue tisser des liens et entamer des échanges avec Reims.

« Nous sommes venus discuter d’une collaboration entre nos deux villes », confie Fumihiro Okumura, conseiller municipal à Nagoya, reçu en mairie par l’adjoint chargé des relations internationales Jacques Cohen.

« Même si nous ne sommes pas de la même taille (ndlr : Nagoya compte plus de deux millions d’habitants), nous avons des similitudes sur les plans culturel et économique. »

 

L’art comme trait d’union

 

L’art servira de point de départ à ces nouvelles relations qui doivent commencer par un échange entre les musées des deux villes : « Une exposition des trésors des musées rémois dont des œuvres de Fujita, mais pas seulement, pourrait se tenir au musée de Nagoya, voire réaliser une tournée dans plusieurs villes du Japon.

Ultérieurement, nous pourrons accueillir une exposition du musée de Nagoya », annonce l’adjoint au maire rémois à l’issue des discussions. Tsugouharu ou Léonard Foujita, peintre d’origine japonaise, repose dans la chapelle qu’il a décorée à Reims. Plusieurs centaines de ses œuvres ont été récemment offertes à la Ville par ses descendants.

Une salle doit lui être consacrée dans le futur musée. « L’artiste est en quelque sorte le trait d’union entre nos deux cités. » Masahiko Sumida, avocat de la fondation Foujita, faisait d’ailleurs partie de la délégation : « Je sers en quelque sorte d’intermédiaire entre les deux municipalités ».

Prochaine étape déjà annoncée au delà de ce contact informel : une visite officielle d’élus de Nagoya se prépare pour fin octobre.

« Ce devrait être l’occasion de finaliser l’exposition projetée comme d’évoquer de futures pistes d’échanges dans les domaines universitaires, scientifiques, économiques ou encore touristiques », précise Jacques Cohen.

Et pourquoi pas, plus tard, déboucher sur un jumelage. Nagoya n’est encore jumelée avec aucune ville française.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: lunion.presse.fr

Discussions

Laisser un commentaire