Scandale dans la restauration au Japon. Plusieurs groupes ont reconnu avoir cuisiné des plats avec des produits bon marché plutôt qu’avec les ingrédients de luxe affichés au menu.

Les crevettes n’étaient pas impériales mais tigrées, la viande de boeuf engraissé artificiellement: plusieurs grandes enseignes de restauration du Japon ont avoué avoir servi des mets constitués d’ingrédients différents de ceux du menu.

Le scandale prend chaque jour un peu plus d’ampleur depuis que le groupe d’hôtellerie Hankyu Hanshin d’Osaka a reconnu en octobre de telles tromperies sur la marchandise.

Le patron a démissionné après que 23 restaurants et salles de banquet de 8 hôtels du groupe ont avoué des « erreurs » de dénomination concernant 47 produits. Il s’agissait le plus souvent d’afficher un ingrédient de luxe tout en cuisinant avec une denrée bon marché.

 

Des jus « frais » qui n’en sont pas

 

Depuis, tous les groupes se mettent à table. Un traiteur de luxe a par exemple reconnu avoir vendu de la terrine de « kuruma ebi » (crevette impériale) qui était en fait confectionnée avec des « black tigers », des crevettes géantes tigrées moins chères.

Autre découverte: des jus d’orange et de pamplemousse dit « frais » servis pour 840 yens (6,3 euros) qui étaient en fait de la boisson « 100% fruits » en pack.

 

 

Source: Nipponconnection.fr / RTS

Discussions

Laisser un commentaire