Des bandes dessinées sud-coréennes décrivant des atrocités commises par le Japon lors de la première moitié du XXe siècle seront exposées au 33e Festival international de la caricature, du dessin de presse et d’humour qui se tiendra du 27 septembre au 5 octobre 2014 à Saint-Just-le-Martel, dans la région française du Limousin, ont annoncé ce dimanche l’Institut pour la recherche dans les activités collaborationnistes et l’Association des caricaturistes éditoriaux coréens.

Un total de 33 Coréens prévoient en effet de présenter une cinquantaine de BD à ce festival qui attirera plus de 800 auteurs du monde entier. Leur exposition de groupe se focalisera sur les crimes perpétrés par le Japon impérial durant la période coloniale (1910-1945) et la Deuxième Guerre mondiale.

Le dessinateur Kim Yong-min compare l`ancien Premier ministre allemand Willy Brandt et le Premier ministre japonais Shinzo Abe
bd-guerre-japon

bd-guerre-japon

 

Les récentes revendications des nationalistes japonais seront également dénoncées dans ces BD, dont celles concernant les îlots de Dokdo situés en mer de l’Est.

Plus particulièrement, une BD s’attaquera à la récente visite du Premier ministre japonais Shinzo Abe au sanctuaire Yasukuni, reflétant que le pays voisin n’a pas encore fait repentance de ses atrocités du passé contrairement à l’Allemagne qui a plusieurs fois présenté des excuses officielles aux victimes du nazisme.

«J’espère que les petites initiatives de ces auteurs de bandes dessinées aideront à mettre un terme aux atrocités (du Japon)», explique Lee Hee-jae, un des futurs participants.

Durant le festival de 10 jours, un forum se tiendra dans un village avoisinant en présence de victimes de l’Allemagne nazie et d’anciennes esclaves sexuelles coréennes, a-t-il été précisé.

Du 30 janvier au 2 février derniers, plus d’une vingtaine de BD locales décrivant la douleur des «femmes de réconfort» ont été exposées au Festival de la bande dessinée d’Angoulême, en France.

Elles ont connu un franc succès en attirant un très grand nombre de visiteurs. Selon les historiens, près de 200.000 femmes, dont un très grand nombre de Coréennes, ont été réduites à la servitude sexuelle à l’époque de la colonisation nippone.

Parmi les 237 qui se sont enregistrées comme telles en Corée, 55 seulement sont encore en vie.

 

Source: Yonhap

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité quotidienne du Japon

Discussions

Laisser un commentaire