Vous n’avez toujours pas trouvé de mari ? Peut-être que vous ne faites pas assez de pole dance dans votre salon !

 

C’est l’idée insolite d’une une agence immobilière à Tokyo pour résoudre le problème de célibats au Japon. Ils proposent désormais des appartements dédiés aux konkatsu, ces Japonais désireux de se marier.

Le cerveau du projet, Rintaro Kikuchi, indique que vivre dans des espaces aérés rend les gens plus détendus et sociables, conduisant à de nouvelles rencontres. Il n’hésite pas à mettre en avant les caractéristiques de ses appartements, comme une barre de striptease situé au milieu du salon. « Vous ne pouvez créer une maison et ignorer le sexe, » dit-il.

Ces Japonais célibataires portant le nom de Kekkon Katsudou (結婚活動) ou Konkatsu (婚活) sont la cible des responsables gouvernementaux qui s’efforcent de réduire l’âge de la population japonaise.

Il existe des bars pour konkatsu, ou encore des excursions en bus de konkatsu. Les gouvernements locaux piochent souvent dans leur fond pour parrainer des événements, dans l’espoir d’encourager le mariage et la procréation des futurs contribuables.

Selon le gouvernement, en 30 ans, le pourcentage d’hommes non mariées âgées de 30 à 34 ans est passé de 21,5% à 47%. Les femmes sont passées de 9% à 34,5%.

Les naissances hors mariage étant rares au Japon, ces chiffres se traduisent directement par un taux de natalité plus faible, soit en moyenne 1,4 enfant par femme.

2

Masahiro Yamada, professeur à l’Université Chuo, qui a inventé le terme konkatsu en 2007, affirme que ce problème vient du fait que de nos jours, les jeunes n’ont pas d’emploi stable.
Le système de l’emploi à vie disparaissant au Japon.

Les jeunes femmes japonaises recherchent encore un mari qui peut subvenir aux besoins de leur famille grâce à leur seul salaire, dit-il. Les hommes, sachant qu’ils ne pourront pas subvenir à ces besoins, sont moins actifs dans la recherche d’une partenaire.

D’autres chercheurs évoquent également les horaires de travail trop importants pour les hommes et les femmes, et la réticence de certains jeunes de quitter la vie confortable aux côtés de leurs parents.

Pour M. Kikuchi, développeur des appartements pour konkatsu, le vrai problème serait dû aux logements exigus et le peu de lumière naturelle. Avec de tels logements, dit-il, il n’est pas étonnant que de nombreux Japonais ne souhaitent pas inviter une demoiselle à venir chez eux.

Son dernier modèle, un appartement avec une chambre à coucher, respecte les règles essentielles pour un appartement de konkatsu :
Une cuisine et une salle de bain spacieuse, ou les couples peuvent cuisiner et se baigner ensemble. De nombreuses fenêtres pour laisser entrer la lumière naturelle et l’utilisation de matériaux de construction naturels comme la terre et les algues fossilisées.

 1

« Vous dormez mieux, vous vous réveillez en ayant une sensation de fraîcheur, et vous devenez plus actif, » dit-il à propos du logement. « Vous souriez plus, votre peau est plus belle, et vous produisez beaucoup de phéromones. »

M. Kikuchi a également consulté une « conseillère en sexualité » nommée Olivia, apparaissant fréquemment dans les médias locaux. Elle lui a suggéré d’ajouter une baignoire spacieuse dans le salon, d’améliorer l’insonorisation et d’ajouter une barre de striptease.

Olivia, qui a refusé de donner son vrai nom, a indiqué que la barre pourrait être utilisée pour divertir un homme ou garder la forme afin de mieux apprécier le sexe. « Beaucoup de femmes japonaises sont timides et ne savent pas faire bon usage de leur sex-appeal. » dit-elle. « En créant un espace de danse privé, je souhaite qu’ils soient en mesure de profiter de leur vie sexuelle ensemble. »

M. Kikuchi, âgé de 41 ans, qui indique ne pas être mauvais sur une barre, pense que de tels agréments sont nécessaires non seulement pour bâtir un couple mais également pour le maintenir soudé.

Quand un couple arrête d’avoir des relations sexuelles, leur relation tourne vite au vinaigre, dit M. Kikuchi.

« Il a y un impact sur les enfants qui voient la relation de leurs parents se détériorer, » dit-il. « Ils ne voient alors pas le mariage ou le fait de créer une famille comme quelque chose d’heureux », accélérant ainsi la baisse du taux de natalité et le mariage.

 1

Akino Kanno, 34 ans, s’est installée dans un des appartements pour konkatsu de M. Kikuchi, fin 2012, suite à un divorce. La propriété, construite en 2010, dispose de six appartements privés. 1M. Kikuchi a conçu cette propriété afin que les résidents puissent interagir. Ils se réunissent quelques fois dans l’année pour des barbecues, et ils disposent d’un panneau d’affichage pour se tenir au courant.

Mme Kanno a vu un jour une note du propriétaire sur le panneau recommandant un bar à proximité. Elle s’y est rendue avec une amie et a fait la rencontre de Masaru Kanno. Les deux ont parlé manga et nourriture et cela a accroché. Ils se sont ensuite mariés.

M. Kanno se souvient de la première fois qu’il a vu l’appartement de sa femme. « C’était tellement à la mode. J’étais très surpris « , dit-il. «Je savais que c’était quelqu’un avec qui je voulais fonder une famille. »

Mikako Tokuda, 29 ans, a emménagé dans le même bâtiment il y a environ deux ans et a trouvé un petit ami moins de 6 mois après son arrivée grâce à un réseau social.

Ils ont depuis rompu, mais elle dit que le fait d’avoir déménager de son sombre appartement, l’a aidée à se détendre et à trouver l’énergie nécessaire pour rechercher un homme.

L’avenir nous dira si la barre de striptease a joué un rôle dans l’augmentation du taux de natalité au Japon. A suivre…

1

 

Source : WSJ || images : Property Design Office

Discussions

4 Réponses

  1. Julien

    Tout ces mesurettes ne marcheront pas pour relancer le mariage.

    Pour financer les études des enfants et la maison familiale, les Japonaises n’ont pas d’autre choix que de viser un partenaire qui a des revenus supérieurs à 400, 500 mille yens par mois. Ils sont de moins en moins nombreux à toucher ces revenus et être en âge de se marier.
    Comment vous voulez fonder une famille avec un mari qui gagne juste 200 000 yen par mois et qui peut perdre son job d’un moment à l’autre ?
    Quant aux hommes, ils rêvent encore d’une jeune femme à peine nubile… Ils zappent les femmes de plus de 30 ans, les comparant à des vieilles décharnées…
    Autour de 35 ans, les chances statistiques qu’une Japonaise puisse se marier sont de 15%. C’est pas très malin…

    • Dio Brando

      Entierement d’accord avec toi! C’est meme pas 15% mais 5% meme ^^
      http://blog.kiyoshimizutani.com/?eid=3533

      C’est sur, ca demande un budget d’elever une famille. Certaines pensent toujours au prince charmant genre t’as pas des 1000man par mois, degage donc forcement a un moment faut revenir sur terre et il est trop tard. Chaque partie a sa part de responsabilite dans ce « desastre » amoureux.

Laisser un commentaire