« J’ai trouvé un ver de terre » dit une étudiante tandis qu’une autre remarque que « le sol devient très mou ».

 

Depuis le mois d’avril, les étudiantes de la Faculté d’agriculture de l’Université de Kinki à Nara discutent joyeusement entre elles tout en apprenant comment labourer un champ et d’autres bases de l’agriculture.

Quand la Faculté ouvrit son campus de Nara en 1989, 21% des étudiantes étaient des jeunes femmes. Cette année, le nombre a pratiquement doublé pour arriver à 40%.

Le nombre de candidats a augmenté 1,8 fois dans le département des sciences de l’agriculture par rapport à l’année 2005 et 2,1 fois dans le département de la chimie biologique.

De plus en plus de jeunes femmes rejoignent les départements d’agriculture des universités. Bien que l’agronomie eût une forte image du travail du sol et des champs, de nombreux départements de l’agriculture ont commencé à proposer des cours liés à la vie quotidienne, comme l’alimentation et la santé.

Certains membres du personnel de l’université ont récemment commencé à parler de « nokejo », une contraction des mots japonais « nogaku-kei » (la matière d’agriculture) et « joshi » (fille) à l’instar de « rikejo », un terme utilisé pour nommer les femmes qui étudient les sciences.

Saki Fukumori, 19 ans, étudiante en seconde année du département des sciences de l’agriculture dit : « Comme il y a beaucoup de filles dans le département, cela ne ressemble plus à un cours de science. Et cela ne me gêne pas de me salir les mains. J’aimerais avoir un travail dans le milieu de l’alimentation plus tard. »

Le pourcentage d’étudiantes en agriculture dans les universités au Japon est passé de 20% en 1989 à 43% en 2014 selon un rapport du ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie. Lorsqu’on étend ce sondage à d’autres domaines de l’agriculture comme la biologie et les ressources, ce résultat est encore plus élevé.

etudiantes-japonaises-agriculture

L’université Ryukoku a ouvert son département d’agriculture à Otsu en avril 2015 – le premier département de l’agriculture dans cette région en 35 ans. Sur les 396 étudiants qui se sont spécialisés dans la science de l’agriculture, les étudiantes représentent environ 45% du total, soit 179 jeunes femmes.

L’université de l’agriculture de Tokyo a mis en place un département scientifique de l’alimentation et des cosmétiques à Abashiri dans la région d’Hokkaido en 2010. Comme il est possible d’en apprendre sur les ingrédients nécessaires pour les soins de peaux et acquérir le savoir-faire pour développer des cosmétiques, les jeunes femmes représentent plus de la moitié des étudiants.

Dans les autres départements de l’université, les étudiants peuvent obtenir des certifications en thérapie par l’horticulture, utilisée pour améliorer la santé physique et mentale d’une personne via le jardinage. Ce cours est populaire parmi les jeunes femmes.

À la Faculté d’agriculture de l’Université de Meijo à Nagoya, les jeunes femmes ont représenté 48% des inscriptions durant l’année universitaire 2014.

Les diplômés en science de l’agriculture « ont de meilleures opportunités de travail dans les bureaux gouvernementaux, les cosmétiques et les entreprises d’alimentation, ce qui semble être la raison de la popularité des départements d’agriculture », selon Hiroshi Kobayashi, directeur du Recruit Shingaku Soken, une division de recherche et d’études de l’entreprise Recruit Marketing Partners, spécialisée dans l’éducation.

« Il y a des universités qui ont l’intention de mettre en place de nouveaux départements liés à l’agriculture, et la tendance va continuer pendant un bon moment. »

 

Source : Yomiuri Shimbun

Discussions

2 Réponses

  1. Voca

    Je trouve que c’est une très bonne nouvelle ! Quand on sait que le secteur de l’agriculture et délaisser en France et dans beaucoup d’autre pays au profit du sectaire tertiaire !

  2. facto

    c’est ce que font beaucoup de français aujourd’hui. Ils cherchent la tranquillité et l’éloignement de la ville et de sa frénésie. C’est plus compréhensible pour un japonais lorsque l’on voit dans quoi il vivent en ville.

Laisser un commentaire