Des hauts fonctionnaires de la Police Nationale se sont réunis vendredi dernier pour discuter des nouvelles mises en œuvre de la législation anti-harcèlement du pays, après une série d’incidents très médiatisés où les lois récemment mises à jour n’ont pas réussi à éviter aux victimes de harcèlement d’être attaqués.

 

En réponse aux récents développements de cas tels que le meurtre d’une lycéenne par son ex petit-ami à Mitaka, le directeur de la Police Tsuyoshi Yoneda a confié : « Lors du traitement des cas de harcèlement, nous ne devons pas penser en termes d’intensification progressive de notre réponse, mais en imaginant immédiatement le pire des cas et prendre les mesures appropriées », a rapporté Fuji TV.

Parmi les idées évoquées lors de la réunion, la création d’une division d’enquête consacrée aux cas graves impliquant enlèvement ou séquestration a été proposée.

Un autre changement possible à la procédure impliquera que les officiers à des postes de police locaux seront obligés de contacter le commissariat de police concerné et de signaler tous les cas où la vie de la victime a été menacée.

 

Source: Nipponconnection.fr

Discussions

Laisser un commentaire