Une étude japonaise vient confirmer les propriétés préventives de l’aspirine contre le cancer. Une vaste équipe de chercheurs japonais a mené une étude pour évaluer l’influence de faible dose d’aspirine sur la récurrence des tumeurs colorectales sur la population asiatique.

 

Les patients ont été opérés par endoscopie et leurs tumeurs ont été excisées, puis certains patients ont reçu un traitement à base d’aspirine de 100 mg par jour pendant 2 ans.

L’étude publiée se présente comme une étude randomisée en double aveugle effectuées avec la participation de plusieurs centre cliniques. Entre 2007 et 2009, 311 sujets ayant subi une excision par endoscopie d’adénomes ou d’adénocarcinomes colorectaux ont été enrôlés. Parmi eux 152 patients ont formé le groupe aspirine et 159 le groupe placebo.

D’après les résultats de l’étude, les sujets traités avec l’aspirine ont 40% plus de chance de ne pas générer de tumeurs colorectales et de faire de rechute que le groupe placebo. Une analyse de sous-catégories a révélé que les non-fumeurs (ceux qui n’ont jamais fumé ou qui ont fumé par le passé) montrent une réduction marquée de rechutes dans le groupe aspirine.

Ceux-ci bénéficient d’un effet de 63% par rapport au groupe placebo. En revanche, les fumeurs subissent un effet inverse avec un risque accru de 244% (2,5 fois plus de chance de rechute ou de nouvelle tumeur). Finalement le traitement par faible dose d’aspirine n’a montré aucun effet indésirable sévère dans quelque groupe que ce soit.

Les chercheurs concluent que leur étude apporte des résultats cohérents avec les autres études de ce type menées dans les pays occidentaux, ainsi de faibles doses d’aspirine concourent à la réduction des risques de rechute pour les cancers du côlon dans les populations asiatiques.

 

Source: Bulletins-electroniques

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité quotidienne du Japon

Discussions

Laisser un commentaire