Au Japon, un nombre croissant de personnes achètent des images en trois dimensions à leur effigie, créées par imprimante 3D pour commémorer un événement important ou préserver un souvenir de leur apparence.

 

Aussi bien des couples que des parents et des enfants ont commandé une de ces figurines pour fêter un passage marquant de leur vie, comme un mariage ou l’entrée à l’école. Des personnes d’un certain âge ont prévu ces statuettes pour servir de mémorial à la place d’une photo après leur mort. Un large nombre de patients atteints d’un cancer se tournent également vers cette solution pour préserver un souvenir de leur apparence avant la perte de leurs cheveux due à la Chimiothérapie.

Selon le porte-parole d’un fabricant de figurines 3D, « Contrairement aux photos, les figurines 3D transmettent l’aura de la personne en trois dimensions et les gens peuvent les tenir dans leurs mains. » Il ajoute : « Nous croyons que les divers usages de ces figurines vont continuer à s’étendre. »

123Ruri Suzuki, 65 ans, de l’arrondissement de Sumida à Tokyo, explique : « Je voulais laisser quelque chose à mon mari qui lui permette de se souvenir de moi. » quand elle a vu le dépliant pour un fabricant de figurines 3D en octobre de l’année dernière. Il s’agissait d’un dépliant promotionnel pour le salon du 3D Aoyama, basé dans l’arrondissement de Minato à Tokyo.

Madame Suzuki a commandé une statuette d’elle-même se tenant debout. Cette figurine de 20cm de haut lui a couté environ 60,000¥ (c’est-à-dire aux alentours de 438€.)

Madame Suzuki souffre de diabète depuis 10 ans et a presque entièrement perdu la vue du côté droit à cause de complications dues à la maladie. Elle souffre également de problèmes au cœur.

À cause de cela, elle est souvent alitée et son mari, âgé de 49 ans et président d’une compagnie, doit s’occuper de la plupart des tâches ménagères, y compris le shopping. Ils sont mariés depuis 26 ans.

« Ma vie pourrait se terminer à n’importe quel moment, confie-t-elle. Je voudrais que mon mari utilise cette figurine comme mémorial quand je ne serai plus là. J’ai fait faire cette figurine dans le but d’exprimer ma gratitude envers lui. »

La figurine est maintenant posée sur l’autel bouddhiste de la maison.

Ikeo Yamauchi, Un salaryman de 54 ans qui vit avec Fuyoko, sa mère de 87 ans, dans l’arrondissement de Ota à Tokyo, a commandé le mois dernier au salon 3D de Aoyama une paire de figurines les représentant sa mère et lui. « Etant donné son grand âge, je voulais garder un souvenir de nous deux ensemble. »

En mai de l’année dernière, la compagnie a ouvert un studio exclusivement réservé à la production de ces figurines 3D. Ce studio produit essentiellement des effigies en plâtre.

Le processus est simple : le client est scanné de la tête au pied pendant environ dix minutes pour collecter les données. Ensuite l’imprimante 3D produit une statuette entièrement colorée mesurant entre 15 et 25cm de haut.

La plupart de ces objets coutent entre 50 000 et 100 000¥(entre 365 et 730€ environ.) Le studio a reçu plus de 3000 commandes provenant de familles ou de couples.

process-figurine-imprimante-3d

Parmi eux, une femme dans la soixantaine qui voulait préserver une image d’elle-même avant la chute de ses cheveux causée par la chimiothérapie. Il y a aussi un médecin, souffrant d’un cancer et venu de la préfecture d’Okayama avec sa femme pour conserver une représentation tangible de lui en bonne santé.

À l’automne de l’année dernière, Mitsuhiro Ishizaki, 47 ans, a commandé deux figurines 3D les représentant lui et son fils ainé Kotaro, 12 ans. En plus de s’occuper de la direction de sa compagnie, Monsieur Ishizaki est coach pour l’équipe de baseball de son fils. Ces figurines les représentent dans l’uniforme de l’équipe.

« Avant que mon fils ne deviennent indépendant, je voulais conserver un souvenir de nos liens familiaux. » explique-t-il.

La porte-parole du salon, Christina Miyajima, 35ans, détaille : « jusqu’à maintenant, environ 60% des commandes étaient passées pour commémorer des passages marquant de la vie comme un mariage, une grossesse ou l’entrée à l’école. Mais récemment, on a pu observer une hausse du nombre de personnes qui achètent ces objets pour qu’ils soient utilisés comme mémorial après leur mort. Ce nombre approche maintenant 20% du total des ventes.

On s’attend à ce que l’imprimerie 3D révolutionne la manufacture, même si leurs potentiels inconvénients attirent également l’attention depuis qu’un employé d’une université a imprimé une arme à feu à base de résine. Cependant ces imprimantes deviennent aussi populaires parmi les gens ordinaires et les possibilités qu’elles offrent ne cessent de s’élargir au-delà de la simple impression de figurines.

Tatsuya Soma, directeur en chef de 3D Geometry Network, basé dans l’arrondissement de Taito à Tokyo explique qu’il est possible de créer des données 3D de personnes décédées et de reproduire leur image en 3D à partir de simples photos.

Office 24 Studio, une compagnie basée à Shinjuku, Tokyo, a commencé la production de figurines 3D en octobre de l’année dernière et sa production actuelle s’élève à plus de 160 figurines. D’après un porte-parole de la compagnie, certaines commandes viennent même de touristes français ou danois voyageant au Japon et qui trouvent que la technologie japonaise en matière d’impression 3D est excellente.

 

Source : Yomiuri Shinbun

Discussions

Laisser un commentaire