Le Japon est un pays magnifique et si vous avez un jour la volonté de venir le visiter, alors vous voudrez certainement admirer le Mont Fuji , symbole japonais par excellence ! Rassurez-vous, vous le pourrez en toute saison ! … sauf en été où il est généralement totalement couvert de nuages. Par contre, de Juillet à Août, vous pourrez l’escalader !

 

C’est un souvenir inoubliable qui restera gravé dans votre mémoire ! Mais attention, «Qui veut voyager loin ménage sa monture» ! En effet, la montage culmine à 3776 mètres ! Il vaut mieux vous y préparer, matériellement, mentalement, et avoir une bonne condition physique est une option non négligeable. Cependant, rassurez-vous, vous pourrez monter à votre rythme, vous ne vous perdrez pas et tous les japonais que vous croiserez vous prodigueront des salutations et des mots d’encouragement !

mont-fuji-japon

 

Se préparer physiquement :

On ne vous demande pas de savoir courir un marathon mais n’y allez pas en sandales et en short non plus ! Temps de pauses inclus, la monté durera entre 4 et 8 heures, selon votre rapidité et votre endurance et la descente entre 2 et 3 heures.

Le meilleur conseil que je pourrais vous donner serait de commencer dès maintenant à habituer votre corps à l’effort physique. Commencez par des marches régulières autour de chez vous ; mais que les sportifs aguerris n’y aillent pas non plus avec l’idée en tête que le Mont Fuji ne sera rien d’autre que ce qu’ils ont déjà connu en France. Les pentes du mont Fuji n’ont rien à voir les montagnes (magnifiques mais plates) du centre de la France.

Enfin, sachez reconnaitre vos propre limites, car après la monté, vous devrez redescendre ! En outre, plus vous approcherez du sommet et plus la pente deviendra raide et les rochers pointus.

Cependant, ce sera un vrai plaisir de voir le paysage évoluer au fur et à mesure ! Moi j’étais émerveillé à chaque fois : en voiture jusqu’à l’étape 5, des forêts denses à perte de vue ; puis de l’étape 5 à l’étape 7 ou 8, des buissons très résistants. Puis … des roches, des rochers … jusqu’à n’avoir que des cailloux rougeâtres qui vous feront penser à une planète mars quelque peu terraformée !

shutterstock_192795017

Se préparer matériellement :

Inutile de vous équiper comme si vous vouliez monter l’Everest mais tout de même, ne faîtes pas comme moi et achetez des bouteilles d’oxygène ! Vous en serez tout à fait content une fois arrivée entre la huitième et la neuvième station lorsque vous vous rendrez compte que même respirer devient un effort ! Ce serait si bête de devoir faire demi tour à ce moment là !

Pour moi heureusement, un japonais, voyant mes difficultés, m’a gentiment offert une bombe d’oxygène et une bouteille d’eau sucré dont je ne saurais me souvenir de la marque : JE RE – VI – VAIS ! Tout d’abord parce qu’un inconnu venait de me tendre la main et ensuite parce que je pouvais enfin recommencer à respirer normalement !

Voici donc le matériel de base que je recommanderait à toute personne voulant grimper le mont Fuji :
1 . DES BOUTEILLES D’EAU, mais pas trop. Il faut vous hydrater, c’est INDISPENSABLE mais pensez bien qu’à chaque étape, le prix des toilettes devient + cher et la file d’attente + longue pour y accéder ! De plus, des boissons sont en vente dans les refuges, il vaut donc mieux prendre des pièces plutôt que des bouteilles, c’est tout de suite moins lourd ! C’est pourquoi je conseille 2 ou 3 petites bouteilles facilement accessible dans votre sac.

2 . DES BOMBES D’OXYGÈNE : Une ou deux par personne suffiront. Elle vous seront surtout utiles lorsque la quantité d’oxygène commencera à diminuer. Une fois votre corps habitué à la nouvelle quantité d’oxygène dans l’air, vous continuerez votre escalade sans problèmes !

3 . DES FRUITS SECS : ils sont porteurs de bien plus d’énergie que toute autre boisson sucrée qui ne vous offrira que des inconvénients (lourds dans le sac, n’aide pas «vraiment» à l’effort physique, et vous donnera envie d’aller dans les toilettes payantes). Au contraire, des noix et fruits secs (raisins, figues, fraises, etc 🙂 , seront légers dans votre sac ; des bananes aussi sont une bonne alternative et si vous préférez du salé, du pain complet et des oeufs durs vous offriront de quoi bien aider vote corps à produire l’énergie nécessaire à votre escalade !

4 . DES VÊTEMENTS PROTECTEURS : Très important ! Privilégiez des vêtement légers et pratiques ; les sous-vêtements thermiques sont une très bonne idée car ils vous permettront de garder la même température corporelle quoiqu’il arrive ! La chaleur dégagée par l’effort sera évacuée, la sueur relativement diminuée, et vous ne craindrez pas les bourrasques de vent. Concernant, les giboulées de pluie, pensez à un imperméable, assez large pour protéger aussi votre sac à dos !

5 . VOTRE APPAREIL PHOTO NUMÉRIQUE avec je précise une grosse carte mémoire (vide) et des batteries chargées à bloc … car il n’y a pas de prises électriques là haut !

Chaque instant de votre randonnée vous donnera l’occasion de photographier des paysages splendides et des moments chargés de souvenirs ! Surtout si c’est un lever ou un coucher de soleil en direct du Mont Fuji !

(Dans ce cas, vous pouvez faire votre randonnée de nuit, vers 23h, de sorte à être au sommet au petit matin ; Moi, j’ai commencé ma randonné vers 5h et j’étais vers la 8eme étape lorsque le soleil s’est levé ! Magnifique et heureux coup de dés, car le sommet était noyé de nuages !!! )

6 . DES BATONS DE RANDONNÉES : Je conseillerais soit d’en acheter des pros, soit d’en acheter à la boutique de la 5eme station, et quand je dis DES c’est DEUX, car ils vous seront fort utiles ! Moi, j’ai fait l’erreur de penser que je pouvais m’en passer. J’ai eu tord !

On m’en a tout de même donné un juste avant de commencer l’expédition.

Heureusement !

Il était en bois et devinez quoi ? À chaque étape, vous pouvez faire marquer votre bâton au fer avec l’emblème de la station jusqu’où vous êtes allés !! Et si vous doutez de pouvoir le ramener dans vos valises, il vous suffira de faire couper votre bâton en bois de façon à ne conserver que la partie marquée au fer chaud ! Pensez donc à vous équiper de monnaie car si ce n’est pas trop cher , c’est tout de même payant. 😉

7 . UN DRAPEAU DE VOTRE PAYS ! Hé oui , vous croiserez beaucoup de nationalités tout en grimpant, il est alors bien pratique de pouvoir identifier du premier coup qui est qui ! J’ai croisé des français, mais aussi des américains, des canadiens, des anglais, des allemands, des portugais et pleins de pays d’Asie que je ne saurais identifier ! J’ai évidemment été discuter avec les français qui redescendaient alors que je montais ! Un vrai bonheur !

Inutile de ramener un drapeau de France (sauf si vous en voulez un grand), de petits drapeaux à accrocher à votre sac sont en vente dans le magasin de souvenirs à début de votre randonnée, à la station 5 !

escalade-mont-fuji1

Se préparer mentalement :

Le mental sera votre meilleur allié ! Vous n’allez pas escalader 3776 m d’altitude vous allez faire un pas après l’autre ! Regardez bien où vous marchez, et préparez bien chaque pas avant de calculer le suivant ! Cela vous sera particulièrement utile lorsque, entre les stations 9 , 9.5 et 10, vous aurez affaire aux sentiers les plus pentus, les plus raides, aux cailloux pointus et glissants (attention à ne pas en faire tomber sur les personnes qui vous suivent ! )

Je vous conseille aussi, lors de vos pauses pour respirer, de toujours regarder vers le bas de la montagne pour mieux voir tout ce que vous avez déjà parcouru , et de ne regarder vers le haut que le temps d’une photo !

De plus, gardez en tête que vous vivez là une expérience UNIQUE car :

Celui qui gravit le Mont Fuji une fois est un sage, celui qui le fait deux fois est un fou ! *

Mais que de bons souvenirs !

 

* Proverbe japonais

escalade-mont-fuji-japon

Helios,

Un Martiniquais au Japon

 

Images : motive56 / Shutterstock.com

Discussions

16 Réponses

  1. Dorian Fontanillas

    « Dans ce cas, vous pouvez faire votre randonnée de nuit, vers 23h, de sorte à être au sommet au petit matin ; Moi, j’ai commencé ma randonné vers 5h et j’étais vers la 8eme étape lorsque le soleil s’est levé ! »

    J’ai pas tout compris faut partir à 23h ou 5h dans ce cas? ^^

    • Gérald, un martiniquais au Japon

      La météo change d’un jour à l’autre. et les nuages sur la montage aussi.

      Si tu veux voir le lever de soleil à partir du sommet, commence ton ascension pendant la nuit ; entre 22h et 23h ou plus tard.

      Moi, je suis parti au petit matin vers 5h, j’était vers l’étape 8 lorsque le soleil s’est levé. C’était très beau ! Heureusement, parce que le sommet était ennuagé à ce moment là ;

      la 8eme étape , c’est vers le milieu de la montagne « environ » , le sommet étant l’étape 10.

  2. Shigeru

    Si seulement cette news était sortie plus tôt, ça aurait facilité mon ascension ! Être parti qu’avec des survêtements… Mauvaises idées.

    Mais c’est une expérience à faire mais pas à refaire ! X)
    Paroles de sage.

    • Gérald, un martiniquais au Japon

      Alors je suis un fou, Eduardo, car je veux bien t’y accompagner !!! =D

      Cette année je ne suis pas en très grande forme alors je prévois de ne monter que jusqu’au cratère de HOEZAN ( c’est le cratère que l’on voit sur le coté ) ; ça m’intrigue car la neige n’y reste jamais très longtemps, c’est le premier endroit où elle fond !

      • Gérald, un martiniquais au Japon

        Ohoo ! 😀

        Alors, c’était comment le footing ce matin ? ____ Non, je rigole, il fait encore bien froid le matin. Par contre, la journée, ça va, alors j’ai repris le vélo !
        Mais ça reste insuffisant, alors, j’espère reprendre la natation. Et toi ?

      • Eduardo Pereira
        Eduardo Pereira

        Je vais reprendre un programme d’entraînement intensif que j’avais commencé il y a deux semaines ^^. Sinon j’ai rien prévu de spécial, n’étant pas quelqu’un de très sportif… Ca sera un gros défi pour moi le Mt. Fuji !

        En Suisse aussi il fait pas mal froid, et j’étais malade toute la semaine…

      • pseudo

        Moi aussi je suis partant mais pareil pas cet annee cet annee je vais plus faire le sud et ishigaki pour ma part

  3. haha

    Non mais vous êtes sérieux la ? c’est pas de l’escalade mais de la marche a pied !! Rappelez vous que la france culmine à 4800m avec le mont-blanc et on a pas du tout besoin de bouteille d’oxygene ! Bande de tourlou ! les bouteilles d’oxygène on en a besoin quand on fait l’Everest à 8000m d’altitude ! tsss

  4. Sylvie FANON

    Bon article. Merci pour ces informations fort utiles pour une personne qui débute… et c’est une piqure de rappel pour les aguerris. Faut-il quand même être un peu sportif pour escalader les pentes d’un mont ? J’imagine qu’une bonne paire de chaussures de marche est fortement recommandée et pour la nuit une lampe torche ou frontale. Combien de pauses t’es-tu accordé ? Les gens peuvent escalader seuls, comme ça, sans guide ? Quelles difficultés as-tu rencontré à part un manque d’oxygène ?

    • Gérald, un martiniquais au Japon

      Il faut être un peu sportif mais si tu ne l’es pas, tu n’est pas obligée d’aller jusqu’au sommet. Un bonne paire de chaussure de marche et des sous-vêtements thermiques et un imperméable.
      Pour la nuit, une lampe frontale est plus pratique, mais au cas où, toujours prévoir un plan B (une lampe torche supplémentaire ou des piles de secours)

      Je prenais une pause à chaque étape et lorsque je sentais que je commençais à me refroidir, alors je repartais, donc c’était variable.

      Les autres difficultés que j’ai rencontré ? hmm, j’avais très mal aux pieds lors de la descente, mais je suppose que c’est normal vu la distance parcourue.

      Mais sinon, VRAIMENT, c’était beaucoup de bonheur ! La preuve, je planifie de le refaire ! =D

Laisser un commentaire