Avant, Avril Lavigne était une ado rockeuse, cheveux sales, jean déchiré et hurlant « Skater Boy » dans un micro. Mais ça, c’était avant.

 

Aujourd’hui, Avril Lavigne est une femme (déjà deux fois) mariée de 29 ans qui joue les ados en jupette dans un clip salué par les critiques américains comme le summum du n’importe quoi.

Arborant une coupe longue dessus, rasée dessous, la chanteuse canadienne surfe sur les thématiques kawaii (mignon en japonais) de plus en plus à la mode. Symbole suprême de cette tendance, Hello Kitty, célébrée ici dans une vidéo aux couleurs acidulées et aux visuels cartoonesques.

Princesse J-pop, Lavigne se balade à Tokyo, danse dans des magasins de bonbons, mange des sushis, prend des photos avec un polaroid et chantonne des sentences du type « que quelqu’un me balance un cupcake ».

Autant d’éléments sur lesquels les interprétations varient. L’artiste est-elle en train d’imiter Miley Cyrus ? Essaye-t-elle d’en appeler à sa Lady Gaga intérieure ? De marcher sur les traces de Gwen Stefani ? L’intéressée se contente d’expliquer que « c’est une chanson de séduction et un peu sexuelle, mais que c’est aussi tout simplement sur [son] amour pour Hello Kitty ! »

Le clip suscite en tout cas des réactions passionnées sur la Toile. Certains le jugent raciste, estiment qu’il se moque de la culture japonaise en la parodiant à l’extrême ; d’autres y voient au contraire une célébration de cette même culture.

Une chose est sûre, aussi outrageux soit-il, on trouve bien pire – ou bien mieux selon les points de vue – en matière d’excès chez les vraies chanteuses J-pop.

 

Source: Lepoint

Discussions

Laisser un commentaire