La police japonaise a arrêté plus de retraités que de jeunes japonais durant le premier semestre de l’année, soulignant un changement dramatique dans cette société vieillissante.

 

Selon l’Agence Nationale de la Police, un total de 23 656 personnes âgées de plus de 65 ans ont été placées en garde à vue pour acte criminel. Dans la même période, 19 670 jeunes âgés de 14 à 19 ans ont fait l’objet d’une enquête de police.

Le nombre de jeunes ayant été arrêtés par la police a diminué de plus de 15 %, tandis que le nombre de personnes âgées a connu une hausse de 2,7% (avec 622 cas de plus).

Les crimes dits « violents » commis par des séniors ont connu une hausse de 10,8% par rapport à l’année dernière. Les meurtres et vols ont quant à eux augmenté de 11,8 % a indiqué la police.

Les crimes commis par les personnes âgées semblent refléter les problèmes actuels de la société japonaise, dont l’élargissement du fossé entre les riches et les pauvres.

Le 30 Juin, Haruo Hayashizaki s’est immolé par le feu à bord d’un train Shinkansen. Hayashizaki et une passagère ont été tués et des dizaines d’autres voyageurs ont été soignés pour des blessures mineures.

La police a déclaré que Hayashizaki s’était plaint à plusieurs reprises de sa pension de retraite, qu’il trouvait insuffisante pour vivre.

Dans une autre affaire, un homme de 93 ans a été accusé du meurtre de sa femme âgée de 83 ans, qui souffrait de démence et dont la mobilité était réduite. L’homme affirme que sa femme lui a demandé de mettre fin à ses jours car elle était dans une douleur constante et « ne voulait pas être un fardeau pour sa famille ». Il risque cinq ans de prison.

Toutefois, il arrive que les juges soient plus indulgents avec les accusés du troisième âge. Fin Juin, le Tribunal de Tokyo a prononcé une suspension de peine pour une femme de 71 ans qui avait battu son mari à mort après avoir appris qu’il avait eu une relation extra-conjugale en 1979.

Discussions

Laisser un commentaire