La police a arrêté trois Indiens suspectés d’avoir violé en réunion une japonaise de 22 ans dans l’Est de l’Inde.

 

La police est actuellement à la recherche de deux autres suspects qui auraient également gardé la femme japonaise en captivité pendant près de trois semaines dans un village près de Bodhgaya, une ville située à 130 km au sud de Patna, la capitale de l’Etat du Bihar.

Elle a réussi à s’échapper le 26 décembre et a atteint Kolkata, autrefois connue sous le nom de Calcutta, où elle était logée et a déposé plainte à la police. D’après la police, elle étudiait la vie rurale en Inde depuis un certain temps.

Un guide touristique basé à Kolkata avait emmené la femme japonaise à Bodhgaya pour lui montrer le centre de pèlerinage bouddhiste où Siddharta Gautama aurait atteint l’illumination et l’état de Bouddha. Quatre autres personnes l’ont rejoint afin de la maintenir en captivité puis la violer.

L’Inde a pendant longtemps fait la sourde oreille face aux violences sexuelles. Mais une série de viols très médiatisés ont déclenché une forte indignation du public au cours des dernières années, conduisant à la mise ne place de lois sévères contre le viol.

L’Inde a doublé les peines de prison à 20 ans pour les viols, le voyeurisme, le harcèlement et le trafic de femmes. La loi permet également d’inculper un officier de police di celui-ci refuse d’accepter une plainte.

 

Source : Yahoo || Image : Shutterstock.com

Discussions

3 Réponses

  1. akemari

    bas bravo 3 lâche personnes sur 1 pauvre personne et en plus une femme , ou va le monde , j’espère qui seront pas prêt de retrouver leur liberté avant longtemps

Laisser un commentaire