Areva a confirmé l’envoi prochain de combustible nucléaire MOX vers le Japon, constituant le premier chargement de ce combustible depuis la catastrophe de Fukushima il y a deux ans, a annoncé le groupe dans un communiqué publié mercredi soir.

 

Greenpeace avait révélé fin février que le groupe nucléaire français préparait un chargement de combustible vers ce pays, alimentant les craintes sur un redémarrage des réacteurs nucléaires japonais.

« Le cinquième transport de combustible nucléaire MOX de France vers le Japon est en préparation », dit le communiqué publié mercredi soir sur le site internet du groupe, ajoutant simplement que les modalités du chargement seront connues quelques jours avant le départ.

Selon Greenpeace, qui a fait de la sortie du nucléaire son cheval de bataille, le combustible – mélange de plutonium et d’uranium – doit quitter le port de Cherbourg (Manche) la première semaine d’avril.

« Le combustible est destiné à l’électricien Kansai Electric Power pour le réacteur de Takahama 3 sous réserve de l’autorisation par l’autorité de sûreté japonaise », a précisé un porte-parole du groupe.

Le nouveau gouvernement japonais s’est prononcé en faveur du redémarrage des centrales nucléaires, seuls deux unités sur 54 étant actuellement en activité à Ohi.

Le président d’Areva Luc Oursel a récemment déclaré que six réacteurs japonais pourraient redémarrer d’ici fin 2013.

 

Le MOX ?

 

Areva produit un combustible appelé MOX, un mélange d’oxyde d’uranium et de plutonium, à partir de combustible usé, pour la production d’électricité.

Quatre livraisons ont été faites au Japon à ce jour, la dernière remontant à 2010.

Le MOX joue un rôle de premier plan dans la politique japonaise de recyclage du combustible usé.

Discussions

Laisser un commentaire