La holding japonaise Softbank souhaiterait racheter le service de messagerie Line…

 

Viber, WhatsApp et maintenant Line? Selon le site américain Bloomberg, Softbank, une holding japonaise dont l’activité se situe dans le commerce électronique serait intéressée par Line.

Softbank souhaiterait racheter totalement ou en partie le service de messagerie japonais qui vient de faire son entrée sur le marché indien.

Line avait annoncé en début de mois avoir gagné 120 millions de dollars au cours du dernier trimester 2013, soit une augmentation de 550% par rapport à l’année précédente.

Edité par Naver, Line compte 340 millions d’utilisateurs et est valorisée à hauteur de 14,9 milliards de dollars, selon BNP Paribas.

Si Viber se concentrait sur les appels, et WhatsApp sur les messages, Line est connue pour l’utilisation massive de stickers, de gros émoticônes vendus par l’application et que les utilisateurs peuvent envoyer à leurs amis, comme l’explique Quartz.

 

Développée après le tremblement de terre de 2011

 

Line est née en 2011, après que le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon ont endommagé les infrastructures de télécommunications.

Les employés de NHN Japon, ont alors été obligés de se tourner vers Internet pour communiquer entre eux et ont décidé de développer Line, quelques semaines plus tard.

Il s’agirait de la troisième acquisition d’un service de messagerie en moins d’un mois. Viber a été racheté par Rakuten, le 14 février pour une somme qui serait autour de 900 millions de dollars.

WhatsApp a fait les gros titres la semaine dernière. Facebook a repris le service de messagerie pour 19 milliards de dollars, mercredi dernier.

 

 

Source: 20 minutes

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité quotidienne du Japon

Discussions

Une réponse

  1. Elilium

    Franchement, j’espère pas que le rachat se fera. On voit bien que ce qui intéresse Softbank c’est pas les revenus de Line, mais les messages que nous échangeons, uniquement pour pouvoir y placer des publicités en fonction de ce que nous disons, comme sur Facebook…

Laisser un commentaire