Des documents publiés le 31 juillet sur le site WikiLeaks indiquent que la NSA a espionné le gouvernement japonais et des entreprises japonaises.

 

Les documents publiés comprennent cinq rapports de l’Agence Nationale de Sécurité (NSA), dont quatre sont marqués top-secret. Ceux-ci fournissent des renseignements sur les positions japonaises concernant le commerce international et le changement climatique. Ils datent de 2007 à 2009.

WikiLeaks a également publié une liste de 35 personnalités japonaises sous écoutes téléphoniques, dont des personnes travaillant pour le bureau du Cabinet, la Banque du Japon, le ministère des finances et du commerce, la division gaz naturel chez Mitsubishi et la division pétrole chez Mitsui.

Le porte-parole du Ministère des affaires étrangères, Yasuhisa Kawamura a déclaré que le Japon et les États-Unis sont actuellement en discussion sur ce sujet, mais a refusé de fournir plus de détails. Il a ajouté que « le Japon continuera d’employer toutes les mesures nécessaires pour protéger ses informations ».

Trois des rapports de la NSA portent sur le changement climatique, et les deux autres sur le commerce agricole, dont l’exportation de cerises américaines au Japon.

Une note sur l’un des rapports top-secret sur le changement climatique, datant d’avant le sommet du G-8 de 2008, indique que cette information doit être partagée avec l’Australie, le Canada, la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande. On ne sait pas si celle-ci a été effectivement partagé.

Wikileaks a publié des documents similaires au cours des dernières semaines concernant l’espionnage de l’Allemagne, la France et le Brésil.

L’espionnage américain de ses alliés est devenu un problème en 2013, lorsque WikiLeaks a publié pour la première fois des documents prouvant que la NSA avait mis sur écoute le téléphone portable de la chancelière allemande Angela Merkel.

 

Source : Asahi Shimbun

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire