Cinq professeurs japonais ont été condamnés à 500 000 yens d’amende (5000 euros) pour avoir osé fumer pendant leurs heures de service grâce à la dénonciation de citoyens vigilants, a annoncé la préfecture d’Osaka mardi.

 

Le conseil éducatif de la région les a condamnés chacun à 500 000 yens d’amende parce qu’ils en avaient fumé une, pourtant hors des murs de leur lycée.

Les écoles publiques de la préfecture d’Osaka, la grande métropole de l’Ouest japonais, sont soumises à une interdiction complète de fumer depuis un arrêté pris en 2008 par le gouverneur de cette préfecture, le régionaliste Toru Hashimoto.

Cette prohibition touche non seulement les élèves, mais aussi les professeurs et le personnel administratif, dont les salles pour fumeurs ont été supprimées.

Sur son site internet, la préfecture d’Osaka précise que les cinq contrevenants ont été pris en flagrant délit par des citoyens attentifs qui les ont prestement dénoncés auprès des autorités compétentes.

Bien qu’ils aient fumé à l’extérieur de l’enceinte scolaire afin de ne pas enfreindre l’interdiction, l’autorité éducative a jugé qu’ils avaient failli à leur devoir, en se livrant à cette consommation tabagique au lieu de se consacrer pleinement à l’éducation de la jeunesse.

La consommation de tabac au Japon, encore récemment considéré comme «le paradis des fumeurs», est souvent autorisée dans les bars et restaurants. Fumer est en revanche fréquemment interdit dans la rue et dans la plupart des lieux publics.

 

 

 

Discussions

Laisser un commentaire