Le conseil d’administration du groupe d’électronique japonais Sharp a approuvé mercredi matin une alliance avec son rival sud-coréen Samsung, ont affirmé à la mi-journée les médias japonais.

 

Sharp serait ainsi prêt à procéder à une augmentation de capital au profit du numéro un mondial des smartphones et TV, afin de consolider son assise financière et de s’assurer un client solide pour faire tourner ses usines de dalles d’écrans à cristaux liquides (LCD).

Ces informations, éventées dans la nuit dans la presse mais non confirmées par les firmes concernées, faisaient bondir de quelque 14% le titre Sharp à la Bourse de Tokyo.

Selon le quotidien Nikkei, Sharp devrait émettre dans le courant du mois des nouvelles actions à destination de Samsung qui débourserait alors environ 10 milliards de yens (83 millions d’euros) pour prendre 3% du groupe japonais.

Cet apport de fonds devrait permettre à Sharp d’améliorer sa situation financière dégradée par une chute de rentabilité due à une détérioration du marché des téléviseurs et écrans et à une concurrence très féroce qui tire les prix vers le bas.

De surcroît, Sharp fournirait de la sorte des dalles d’écrans de TV et smartphones à Samsung.

 

Selon le Nikkei les deux entreprises, pourtant rivales depuis des années, ont conclu un accord mardi et devraient faire une annonce officielle mercredi après-midi.

Qui plus est, toujours d’après la même source, Sharp fournirait en priorité à Samsung les écrans LCD de smartphones et tablettes notamment produits dans l’usine de Kameyama (centre du Japon), ce qui permettrait d’élever le taux d’exploitation des chaînes. Sharp approvisionne déjà en écrans du même type le groupe américain Apple, principal concurrent de Samsung sur le segment des smartphones.

Le pionnier japonais du secteur avait signé en mars 2012 un accord d’alliance avec le taïwanais Hon Hai (plus connu sous son appellation commerciale Foxconn) qui devait entrer dans son tour de table à hauteur de 9,9% d’ici au 26 mars prochain au plus tard, mais les négociations seraient désormais interrompues, selon une partie des médias nippons, à cause de la forte instabilité de l’action Sharp à la Bourse de Tokyo.

Les deux groupes ne seraient en outre apparemment pas d’accord non plus sur des partages de technologies conçues par Sharp pour les petits et moyens écrans LCD.

Sharp est en revanche entre-temps parvenu à une entente technique et capitalistique avec la firme américaine de composants pour mobiles Qualcomm qui est ainsi actionnaire de Sharp depuis fin décembre à hauteur de 2,64%.

Toutefois, les banques et agences de notation considèrent que ce n’est pas suffisant pour garantir le redressement financier du groupe et sa rentabilité future.

 

Discussions

Laisser un commentaire